Soil Phosphorus Forms from Organic and Conventional Forage Fields.

Schneider, K.D., Cade-Menun, B.J., Lynch, D.H., et Paul Voroney, R. (2016). « Soil Phosphorus Forms from Organic and Conventional Forage Fields. », Soil Science Society of America Journal, 80(2), p. 328-340. doi : 10.2136/sssaj2015.09.0340  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

De récentes études ont montré de faibles teneurs du sol en phosphore dosé par la méthode d’Olsen (P d’Olsen) dans les fermes laitières biologiques du Canada, mais on en ignore l’effet sur la productivité des cultures. Certains croient que l’activité biologique du sol, qui comprend la minéralisation de P organique, fourniraient aux cultures du P qui n’est pas mesuré par les méthodes classiques de dosage du P dans le sol. Puisque la minéralisation du P organique (Po) dépend des formes de Po présentes dans le sol, notre étude visait à comparer, au moyen de la spectroscopie par résonance magnétique nucléaire (RMN) du 31P en milieu liquide, les formes de P dans les sols de cultures fourragères vivaces de trois paires de fermes laitières biologique et conventionnelle appariées dans le sud‐ouest de l’Ontario. Nous avons également mis à l’essai plusieurs méthodes pour tenir compte de la dégradation des diesters d’orthophosphate durant l’analyse de RMN. Les sols des fermes conventionnelles ont présenté de plus grandes proportions et concentrations d’orthophosphate que ceux des fermes biologiques, tandis que les sols de ces dernières contenaient plus de Po total. Tous les sols ont présenté une proportion élevée de diesters d’orthophosphate, qu’on croit être des formes assimilables de Po, et cette proportion augmentait si l’on tenait compte de la dégradation des diesters. Le pourcentage de diesters était plus élevé pour les fermes biologiques que pour les fermes conventionnelles après une correction modeste pour tenir compte de la dégradation présumée des diesters (26 contre 19 %). Ces résultats expliqueraient en partie pourquoi certaines cultures fourragères vivaces sous régie biologique offrent un rendement acceptable à faibles concentrations de P d’Olsen.

Date de modification :