Effects of functional diversity loss on ecosystem functions are influenced by compensation.

Pan, Q., Tian, D., Naeem, S., Auerswald, K., Elser, J.J., Bai, Y., Huang, J., Wang, Q., Wang, H., Wu, J., et Han, X. (2016). « Effects of functional diversity loss on ecosystem functions are influenced by compensation. », Ecology. doi : 10.1002/ecy.1460  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les effets de la perte de biodiversité sur le fonctionnement des écosystèmes et les services qu’ils rendent constituent une question fondamentale en écologie. Des expériences sur des communautés synthétiques donnent à penser que la perte de biodiversité peut miner diverses fonctions d’un écosystème, mais des études sur des communautés naturelles indiquent que les effets de la perte de biodiversité sont habituellement faibles et que plusieurs fonctions peuvent être assurées par relativement peu d’espèces. Or, les mécanismes par lesquels les écosystèmes naturels maintiennent des fonctions multiples malgré une perte de biodiversité restent peu connus. Grâce à une vaste expérience à long terme d’enlèvement de groupes fonctionnels de plantes (GFP) dans la prairie de la Mongolie intérieure, nous montrons que des pertes de GFP peuvent réduire plusieurs fonctions de l’écosystème, notamment la production de biomasse, l’utilisation de N‐NO3 du sol, l’échange net de carbone de l’écosystème, la productivité brute de l’écosystème et la respiration de l’écosystème, mais que l’ampleur de ces effets dépend en grande partie de quels GFP sont enlevés. L’enlèvement des deux principaux GFP (graminées rhizomateuses vivaces et graminées cespiteuses vivaces) en même temps a entraîné des baisses marquées de toutes les fonctions étudiées, mais ces baisses ont été évitées lorsqu’un de ces deux GFP dominants était présent. Nous avons déterminé que le principal mécanisme à l’origine de ce phénomène est un effet de compensation par lequel chaque GFP dominant peut atténuer les effets de la perte d’autres GFP. Notre étude montre que la compensation découlant de pertes de GFP peut atténuer les conséquences néfastes de ces pertes; ainsi les communautés naturelles pourraient être plus résilientes à la perte de biodiversité que ce que l’on croit si les GFP qui restent ont de bonnes capacités de compensation. Par contre, les écosystèmes sans diversité fonctionnelle compensatoire bien développée pourraient être bien plus vulnérables à la perte de biodiversité.

Date de modification :