Residual Effects of Novel versus Traditional Organic Amendments for Rain-fed No-till Barley: Yield, Nutrient Uptake, and N2O Emissions.

Xu, T., Hao, X., Xu, S., et Larney, F.J. (2016). « Residual Effects of Novel versus Traditional Organic Amendments for Rain-fed No-till Barley: Yield, Nutrient Uptake, and N2O Emissions. », Compost Science & Utilization, 24(4), p. 219-229. doi : 10.1080/1065657X.2015.1135766  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les amendements organiques permettent de rendre au sol des éléments nutritifs, mais les émissions de N2O constituent une préoccupation sur le plan environnemental et agronomique. Nous avons réalisé une expérience au champ sur une période de quatre ans afin de déterminer le rendement de l’orge (Hordeum vulgare L.) cultivé sans travail du sol, le prélèvement de nutriments et les émissions de N2O du sol à la suite d’une application unique de six traitements : (1) traitement témoin, sans amendement; (2) engrais azoté synthétique (Fert); (3) fumier frais de parc d’engraissement de bovins (ManureF); (4) compost de fumier de parc d’engraissement de bovins (CompostR); (5) apport de fumier de parc d’engraissement de bovins composté avec des carcasses de bovins (CompostM) et (6) fractions solides de fumier de parc d’engraissement soumis à une digestion anaérobie (ADM). L’orge a été cultivée au cours des années 1 (2006), 2 (2007) et 4 (2009) (terre en jachère au cours de l’année 3, soit en 2008); un rendement grainier plus élevé a été obtenu avec le traitement ManureF (4,73 Mg ha−1) durant l’année 2 et avec le traitement ADM (6,30 Mg ha−1) durant l’année 4 (p < 0.05) qu’avec les autres traitements. Aucune incidence n’a été notée sur les teneurs en N et en P du grain (p > 0,05), mais le prélèvement de N sur 3 ans (112,8 kg N ha−1 an−1) et le prélèvement de P durant l’année 1 (19,1 kg ha−1 an−1) et l’année 2 (14,3 kg ha−1 an−1) étaient plus élevés (p < 0,05×) pour le ManureF que pour les autres traitements. Les émissions cumulatives de N2O provenant du traitement ManureF durant l’année 1 (1 488 kg N ha−1) et provenant du traitement ADM durant l’année 2 (1 072 kg N ha−1) étaient supérieures (p < 0,05) aux émissions des autres traitements, tandis que la fraction de N appliqué émise sous forme de N2O était faible (0,00 à 0,79 %) et ne variait pas selon le traitement. Cependant, les pourcentages de N appliqué émis sous forme de N2O provenant du compost et du traitement ADM étaient similaires à ceux observés pour l’engrais synthétique et le fumier.

Date de modification :