Constructed Wetlands for Agricultural Wastewater Treatment in Northeastern North America: A Review.

Rozema, E.R., VanderZaag, A.C., Wood, J.D., Drizo, A., Zheng, Y., Madani, A., et Gordon, R.J. (2016). « Constructed Wetlands for Agricultural Wastewater Treatment in Northeastern North America: A Review. », Water, 8(5: Article number 173), p. 1-14. doi : 10.3390/w8050173  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les marais artificiels peuvent être utilisés pour traiter les eaux usées agricoles. Leur capacité à fonctionner adéquatement dans les climats froids fait toujours l’objet d’une évaluation, puisque ce sont des systèmes biologiquement actifs qui dépendent de l’activité microbienne et végétale. Pour évaluer leur performance et relever les considérations de conception spécifiques à certaines régions, nous avons réalisé un examen des marais artificiels de l’Est du Canada et du Nord-Est des États-Unis. Dans le présent article, nous synthétisons les données de performance de 21 études, dans lesquelles 25 marais pleine grandeur ont été évalués. Lorsque possible, les données ont été séparées selon les saisons pour évaluer les effets du climat sur la performance du traitement. Les paramètres des eaux usées pris en compte étaient la demande biochimique en oxygène sur cinq jours (DBO5), le total des solides en suspension (TSS), E. coli, les coliformes fécaux, l’azote Kjeldahl total (AKT), l’ammoniac/ammonium (NH3/NH4+-N), l’azote nitrique (NO3−-N) et le phosphore total (PT). Les réductions moyennes des concentrations étaient de 81 % pour la DBO5, de 83 % pour le TSS, de 75 % pour l’AKT, de 76 % pour NH4+-N, de 42 % pour NO3—N et de 64 % pour le PT. Les logs de réduction moyens pour E. coli et les coliformes fécaux étaient de 1,63 et de 1,93, respectivement. Les constantes de vitesse aréales de premier ordre moyennes (ka, m·y−1) étaient de : 6,0 m·y−1 pour la DBO5, de 7,7 m·y−1 pour le TSS, de 7,0 m·y−1 pour E. coli, de 9,7 m·y−1 pour les coliformes fécaux, de 3,1 m·y−1 pour l’AKT, de 3,3 m·y−1 pour NH4+-N, de 2,5 m·y−1 pour NO3—N et de 2,9 m·y−1 pour le PT. En général, les marais artificiels traitaient avec efficacité diverses eaux usées agricoles, sans égard à la saison.

Date de modification :