Root distribution by depth for temperate agricultural crops.

Fan, J., McConkey, B.G., Wang, H., et Janzen, H.H. (2016). « Root distribution by depth for temperate agricultural crops. », Field Crops Research, 189, p. 68-74. doi : 10.1016/j.fcr.2016.02.013  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Il est important de connaître la répartition des racines pour comprendre et estimer l’allocation de carbone (C) dans le sol et l’effet de l’apport de C des racines des cultures sur le bilan de C du sol dans les agroécosystèmes. Nous avons compilé une base de données de 96 profils racinaires et avons ajusté une courbe dose‐réponse logistique modifiée à la répartition des racines pour 11 plantes cultivées en zone tempérée. Nous avons constaté que le rapport masse/longueur des racines diminue légèrement de façon linéaire avec la profondeur chez les monocotylédones, alors qu’il diminue exponentiellement avec la profondeur chez les dicotylédones. Ces résultats montrent que les racines sont plus épaisses dans les couches supérieures du sol, et ce davantage chez les dicotylédones que chez les monocotylédones. La profondeur estimée à laquelle 50 % de la biomasse totale des racines était atteinte a varié de 8 à 20 cm selon la culture. La luzerne (Medicago sativa L.) a présenté le profil racinaire le plus profond, sa profondeur d’enracinement maximale ajustée (dmax) atteignant 177 cm. Une autre vivace, la fétuque élevée (Festuca arundinacea Shreb.), a présenté le dmax le moins profond, soit 78 cm. En général, les racines des céréales et des légumineuses étaient réparties plus également sur le profil du sol, tandis que les plantes oléagineuses avaient davantage de racines dans les couches supérieures du sol. Les répartitions des racines estimées dans notre étude pourraient être intégrées à des modèles d’agroécosystème afin de bien représenter les processus souterrains et d’accroître l’exactitude de l’estimation des cycles du carbone et de l’eau.

Date de modification :