The Impact of Clouds, Land use and Snow Cover on Climate in the Canadian Prairies.

Betts, A.K., Desjardins, R.L., et Worth, D.E. (2016). « The Impact of Clouds, Land use and Snow Cover on Climate in the Canadian Prairies. », Advances in Science and Research, 13, p. 37-42. doi : 10.5194/asr-13-37-2016  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La présente étude analyse les interactions entre l’atmosphère et la biosphère en se basant sur 55 années d’observations horaires de la température de l’air, de l’humidité relative, des précipitations quotidiennes, de l’enneigement et de l’étendue des nuages recueillies dans 15 stations climatologiques situées dans les Prairies canadiennes. Nous présentons des exemples de couplage entre le climat, l’enneigement, les nuages et l’utilisation des terres. La couverture de neige réagit rapidement aux changements du climat. Lorsque la première neige tombe, la température de l’air perd 10 °C, et la température augmente d’autant lorsque la neige fond. En Alberta, les données climatologiques montrent que la température est de 10 °C plus basse les jours avec enneigement que les jours sans enneigement. Toutefois, la variabilité interannuelle présente une plage plus grande, ainsi pour chaque baisse de 10 % des jours avec enneigement, on observe une hausse de 1,4 °C à 1,5 °C de la température moyenne d’octobre à avril. La couverture de neige modifie également le couplage entre les nuages et le cycle diurne de la température de l’air d’un régime de la couche limite dominé par un forçage de courte longueur d’onde des nuages pendant la saison chaude à un régime dominé par un forçage de grande longueur d’onde avec enneigement. Le changement d’utilisation des terres agricoles depuis trente ans, en particulier la réduction des jachères d’été, a refroidi le climat pendant la saison de croissance et l’a rendu plus humide en raison notamment des précipitations accrues en été. Les données climatologiques horaires fournissent une solide base observationnelle permettant de comprendre le couplage à la surface terrestre et pouvant contribuer à améliorer la représentation des nuages et des processus à la surface terrestre dans les modèles de l’atmosphère.

Date de modification :