Nitrogen Management Effects on Spring Wheat Yield and Protein Concentration Vary with Seeding Date and Slope Position.

Grant, C.A., Moulin, A.P., et Tremblay, N. (2016). « Nitrogen Management Effects on Spring Wheat Yield and Protein Concentration Vary with Seeding Date and Slope Position. », Agronomy Journal, 108(3), p. 1246-1256. doi : 10.2134/agronj2015.0510  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Une fertilisation azotée efficiente peut améliorer le rendement économique et réduire les risques pour l’environnement. La présente étude visait à évaluer les effets de différentes combinaisons de taux de fertilisation, de source d’engrais, de calendrier d’épandage et de méthode d’épandage sur le rendement et la teneur en protéines des grains du blé de printemps (Triticum aestivum L.) cultivé dans des conditions variées créées par différentes positions sur la pente et différentes dates d’ensemencement. Les effets de la gestion du N sur le rendement grainier et la teneur en protéines ont été évalués pendant trois ans dans deux sites situés près de Brandon, au Manitoba (Canada). Dans le bas de la pente, le rendement grainier était généralement supérieur de jusqu’à 0,9 t ha−1 et la teneur en protéines était inférieure de jusqu’à 20 g kg−1 par rapport au haut de la pente. L’ensemencement hâtif, par rapport à l’ensemencement tardif, a donné lieu à un rendement grainier supérieur de jusqu’à 0,7 t ha−1 et à une teneur en protéines inférieure de jusqu’à 20 g kg−1. Le rendement grainier et la teneur en protéines augmentaient généralement, de jusqu’à 25 et 20 %, avec l’accroissement de la quantité de N appliquée, mais les différences entre les traitements de fertilisation étaient peu fréquentes. Dans deux combinaisons sites-années, le rendement grainier était plus faible pour l’épandage d’urée en bandes effectué à l’automne que pour l’épandage en bandes effectué au printemps, et l’épandage en bandes d’urée à libération contrôlée à l’automne réduisait les pertes de N et donnait lieu à des rendements intermédiaires entre les rendements obtenus avec l’urée appliquée à l’automne et l’urée appliquée au printemps. Lorsque des différences étaient constatées entre les traitements de fertilisation, le rendement maximal était généralement obtenu avec l’urée appliquée en bandes latérales au printemps. Cependant, la teneur en protéines était parfois plus élevée pour l’urée à libération contrôlée que pour l’engrais à base d’urée. L’épandage d’urée en bandes latérales au printemps, moins coûteux que l’épandage d’engrais à efficacité améliorée ou les applications fractionnées de N, permet d’obtenir des rendements et des teneurs en protéines aussi élevés, sinon plus, que l’épandage de certains engrais à efficacité améliorée ou que les applications fractionnées de N, et constitue donc une bonne option pour la gestion du N dans les conditions environnementales du sud-ouest du Manitoba.

Date de modification :