Timing and rates of nitrogen fertiliser application on seed yield, quality and nitrogen-use efficiency of canola.

Ma, B.-L. et Herath, A. (2016). « Timing and rates of nitrogen fertiliser application on seed yield, quality and nitrogen-use efficiency of canola. », Crop & Pasture Science, 67(2), p. 167-180. doi : 10.1071/CP15069  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Une stratégie efficace de fertilisation azotée est importante pour optimiser le rendement en graines optimal et la qualité des graines des cultures de canola (Brassica napus L.). Nous avons mené un essai au champ de trois ans en Ontario (Canada) pour déterminer 1) les effets de divers moments et doses d’application d’un engrais azoté sur le rendement et la qualité du canola et 2) l’économie de fertilisation en azote (N), notamment l’efficacité agronomique d’utilisation du N (aNUE), l’efficacité d’absorption du N (NupE), l’efficacité d’utilisation du N, le bilan partiel de N et l’indice de récolte du N. Les traitements ont consisté en des combinaisons factorielles de six (2011) ou huit (2012 et 2013) doses de N sous forme d’urée (46 % de N) et de deux moments d’application (avant le semis seulement ou avant le semis et application en bandes latérales au stade de six feuilles). L’application en bandes latérales a permis d’améliorer significativement le rendement en graines et la concentration de protéines dans les graines (hausses allant jusqu’à 16 %) par rapport à la seule application avant le semis. Les plus forts rendements en graines (2700 kg ha−1 en 2011 et 3500 kg ha−1 en 2013) ont été obtenus pour les traitements qui comprenaient l’application en bandes latérales : 50 + 50 kg N ha−1 ou 50 + 100 kg N ha−1 (avant le semis + bandes latérales). Les concentrations de protéines dans les graines ont varié de 21 à 23 % en 2011 et en 2013 et jusqu’à 28 % en 2012. En moyenne, la somme des concentrations de protéines et d’huile était de 65 à 68 %. Le rendement en huile a augmenté avec les doses de N appliquées en 2011 et en 2013, mais des hausses significatives n’ont été observées que pour des traitements comprenant l’application en bandes latérales au stade de six feuilles. En 2012, la sécheresse a empêché toute réponse à la fertilisation azotée, peu importe le moment d’application. En général l’aNUE et l’efficacité d’utilisation du N diminuaient lorsque la dose de N augmentait, mais la réponse de NupE à la hausse des doses (avant le semis + bandes latérales) variait selon le milieu. La fertilisation en bandes latérales après la fertilisation avant le semis a augmenté le bilan partiel de N, l’aNUE et la NupE par rapport à la seule fertilisation avant le semis. En résumé, la fertilisation en bandes a amélioré l’absorption de N par les cultures et le bilan de N de la production de canola dans l’Est du Canada.

Date de modification :