Improving fertilizer management in the U.S. and Canada for N2O mitigation: Understanding potential positive and negative side-effects on corn yields.

Abalos, D., Jeffery, S., Drury, C.F., et Wagner-Riddle, C. (2016). « Improving fertilizer management in the U.S. and Canada for N2O mitigation: Understanding potential positive and negative side-effects on corn yields. », Agriculture, Ecosystems and Environment, 221, p. 214-221. doi : 10.1016/j.agee.2016.01.044  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le potentiel d’atténuation des émissions de N2O découlant des pratiques de gestion des engrais dans les systèmes de culture du maïs a été évalué de manière scientifique au cours des dernières décennies. Compte tenu de la forte association existant entre les pratiques de gestion des engrais et la productivité des cultures, qui détermine en grande partie la disposition des producteurs à adopter de telles pratiques, il est essentiel d’intégrer les effets sur les rendements avant de recommander des pratiques d’atténuation. Dans la présente étude, nous abordons cette question en intégrant les résultats issus d’une méta-analyse pour évaluer quantitativement les effets des pratiques de gestion des engrais sur les émissions de N2O et le rendement du maïs aux États-Unis et au Canada. L’application combinée d’inhibiteurs de nitrification et d’uréase constituait la meilleure option pour l’atténuation du N2O parmi les pratiques mises à l’essai, et leur utilisation entraînait habituellement des augmentations concomitantes du rendement des cultures. En comparaison, l’urée enrobée de polymère s’est avérée moins efficace pour ce qui est de réduire les émissions de N2O et d’accroître le rendement du maïs. Le remplacement des engrais synthétiques par des sources organiques a permis de réduire les émissions de N2O, mais au prix de baisses de rendement importantes. Les applications d’engrais en bandes latérales, plutôt qu’une application unique au moment de la plantation, ont entraîné une augmentation systématique de la productivité des cultures. Aucun effet important n’a été constaté pour l’utilisation d’urée plutôt que de nitrate d'ammonium ou d’un mélange d’urée et de nitrate d’ammonium, ni pour l’application d’engrais à l’automne plutôt qu’au printemps. Cependant, il faudra effectuer d’autres recherches pour confirmer ces observations, en raison de la nature hautement variable des données. Deux paramètres clés du sol ont été déterminés : 1) la texture du sol; le N2O et le rendement des cultures sont très sensibles à la gestion des engrais dans les sols à texture fine; et 2) le rapport C/N; l’atténuation des émissions de N2O sans réduction concomitante du rendement est plus facile à réaliser dans les sols présentant un rapport C/N faible (< 12,5). Notre étude constitue un pas en avant pour la compréhension intégrée des effets secondaires positifs et négatifs liés aux pratiques de gestion des engrais en vue de l’atténuation des émissions de N2O en agriculture.

Date de modification :