Prevalence of methicillin-resistant Staphylococcus aureus in Canadian commercial pork processing plants.

Narvaez-Bravo, C., Toufeer, M., Weese, J.S., Diarra, M.S., Deckert, A., Reid-Smith, R.J., et Aslam, A. (2016). « Prevalence of methicillin-resistant Staphylococcus aureus in Canadian commercial pork processing plants. », Journal of Applied Microbiology, 120, p. 770-780. doi : 10.1111/jam.13024  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Objectifs. Cette étude portait sur la prévalence du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), les types spa et les profils de résistance aux antimicrobiens à différentes étapes de la production commerciale de porc dans trois établissements de transformation désignés A, B et C. Méthode et résultats. Au cours d’une année d’échantillonnage, 2640 échantillons ont été prélevés tour à tour des trois établissements de transformation. Les types d’échantillons prélevés étaient les suivants : écouvillonnages nasaux après la saignée (ENS), écouvillonnages nasaux après l’échaudage (ENE, établissement C) ou après le dépouillement (END, établissements A et B); écouvillonnage de la carcasse après la pasteurisation (ECP, établissement C) ou après le lavage (ECL, établissements A et B) et porc vendu au détail (PVD). Dans l’ensemble, après correction en fonction des regroupements, la prévalence du SARM à chaque point d’échantillonnage des établissements de transformation était de 61,93 %; 28,38 %; 7,58 % et 1,21 % pour L’ENS, l’ENE/END, l’ECP/ECL et le PVD, respectivement. La plupart des isolats de SARM des trois établissements de transformation appartenaient aux types de SARM associés aux animaux d’élevage : spa t034 et t011 (3,8 %; ST398). Le type spa t002 principalement humain a aussi été retrouvé (15 %). Tous les isolats de SARM étaient résistants aux β-lactamines et aux tétracyclines. Une résistance globale à la tigécycline a été observée chez environ 10 % des isolats, alors que moins de 3 % étaient résistants à la daptomycine, à la gentamicine, à la quinupristine/dalfopristine ainsi qu’au triméthoprime/sulfaméthoxazole. Conclusion. Nous avons constaté une prévalence plus élevée de SARM dans la cavité nasale des porcs arrivant aux trois établissements de transformation, et une diminution notable au cours des différentes étapes de la transformation. Signification et impact de l’étude. La prévalence la plus élevée de SARM a été constatée dans la cavité nasale des porcs qui arrivaient aux trois établissements d’abattage et de transformation. Cette prévalence a ensuite diminué tout au long du processus de transformation, et les produits de porc préparés par ces établissements avaient des quantités de SARM significativement plus basses qu’au début du processus d’abattage et de transformation, laissant supposer une diminution durant le processus d’abattage avec un minimum de contamination croisée.

Date de modification :