Effect of gender and halothane genotype on cognitive bias and its relationship with fear in pigs.

Carreras, R., Arroyo, L., Mainau, E., Peña, R.J., Bassols, A., Dalmau, A., Faucitano, L., Manteca, X., et Velarde, A. (2016). « Effect of gender and halothane genotype on cognitive bias and its relationship with fear in pigs. », Applied Animal Behaviour Science. doi : 10.1016/j.applanim.2016.01.019  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Certains ont proposé récemment l’utilisation du biais cognitif (BC) pour étudier les émotions en analysant la fonction cognitive par l’intermédiaire de l’observation du comportement. Le concept de base suppose que les sujets dans un état affectif négatif portent des jugements plus négatifs sur les stimuli ambigus que les sujets dans un état affectif positif. Dans la présente étude, nous voulions déterminer si le génotype halothane (homozygote Hal négatif, NN vs hétérozygote porteur de l’allèle Hal, Nn) et le sexe (cochettes, C vs mâles entiers, ME) influaient sur le BC chez les porcs. En outre, nous avons comparé les résultats du test de BC (TBC) à ceux d’un test sur les objets nouveaux (TON) pour évaluer l’influence de la peur dans la décision prise par les porcs durant le TBC. Nous avons comparé les résultats des deux tests à la concentration des neurotransmetteurs cérébraux dans quatre régions du cerveau afin d’analyser le rôle des voies dopaminergiques et sérotonergiques dans l’état affectif des porcs et la peur chez ces animaux. Nous avons soumis 48 porcs, c’est‑à‑dire 12 cochettes Hal négatif (CNN), 12 cochettes porteuses de l’allèle Hal (CNn), 12 mâles entiers Hal négatif (MENN) et 12 mâles entiers porteurs de l’allèle Hal (MENn), au TBC à l’âge de 20 semaines et au TON quatre jours plus tard. Après deux jours, les porcs ont été abattus et quatre structures du cerveau (amygdale, cortex préfrontal, hippocampe et hypothalamus) ont été disséquées aux fins d’analyse des neurotransmetteurs cérébraux. Les résultats du TBC et du TON n’ont révélé aucun effet du génotype ni du sexe ni de leur interaction sur la réaction émotionnelle des porcs (p > 0,10). Cependant, le TBC a affiché une corrélation positive avec le TON (r = 0,49; p = 0,0005), et les porcs classés dans le groupe BC négatif ont eu tendance à être plus craintifs face à un objet nouveau que ceux du groupe BC positif (p = 0,05). De plus, les porcs qui ont mis plus de temps à toucher le nouvel objet dans le TON ont aussi présenté une concentration de dopamine réduite dans le cortex préfrontal (p = 0,013) et un rapport DOPAC/dopamine accru dans hypothalamus (p = 0,003). Ces résultats donnent à penser que le niveau de peur joue un rôle important dans la décision prise par un porc qui fait face à des stimuli ambigus.

Date de modification :