Adaptability and quality of winter pea and lentil in Alberta.

Strydhorst, S.M., Olson, M., Vasanthan, T., McPhee, K., McKenzie, R.H., Henriquez, B., Tieulie, J., Middleton, A.B., Dunn, R., Pfiffner, P.G., Coles, K., Bandara, M.S., Kruger, A., Bowness, R.T., Bing, D.-J., et Beauchesne, D. (2015). « Adaptability and quality of winter pea and lentil in Alberta. », Agronomy Journal, 107(6), p. 2431-2448. doi : 10.2134/agronj15-0092  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On ignore si le pois fourrager d’hiver (Pisum sativum L.) et la lentille (Lens culinaris Medik.) sont des options de culture possibles en Alberta. Nous avons réalisé des expériences sur le terrain à six endroits dans le sud et le centre de l’Alberta, au Canada, entre 2008 et 2012, pour déterminer l’adaptabilité du pois fourrager d’hiver et de la lentille. Nous avons semé deux cultivars de pois fourrager d’hiver, Specter et Windham, et un cultivar de lentille, Morton, à deux dates de plantation à l’automne et suivant trois taux d’ensemencement. Nous avons cultivé des cultivars printaniers aux fins de comparaison. Dans le sud de l’Alberta, les pois fourragers d’hiver et les lentilles ont produit des rendements pouvant aller jusqu’à 39 % de plus que les variétés printanières. Le rendement des pois fourragers d’hiver le plus élevé a été obtenu lorsque la plantation a été complétée durant les trois premières semaines de septembre. Le rendement des lentilles le plus élevé a été atteint lorsque la plantation a été complétée dans les deuxième et troisième semaines de septembre. Le taux d’ensemencement a eu une incidence négligeable, voire nulle, sur le rendement; par conséquent, les pois fourragers d’hiver devraient être ensemencés à un taux de 75 plants m‑2 et les lentilles, ensemencées à un taux de 110 plants m‑2. Nous avons analysé les graines pour en comparer les paramètres constituants. Nous avons observé des différences mineures dans la composition des légumineuses d’hiver et de printemps. Le cultivar Windham a présenté une teneur plus faible en amidon, mais une teneur plus élevée en amidon résistant, en protéines, en matière grasse brute et en cendre que les cultivars de pois printaniers. Le cultivar Specter a affiché une teneur plus élevée en amidon résistant que le cultivar Cutlass, mais tous les autres paramètres étaient similaires pour les deux cultivars. Les lentilles Morton ont présenté une teneur en amidon plus élevée que les lentilles CDC Redberry; toutefois, la qualité de l’amidon était comparable. Les légumineuses d’hiver pourraient offrir de nouveaux débouchés rentables aux producteurs dans les régions de Bow Island et de Lethbridge du sud de l’Alberta.

Date de modification :