The effect of deficit irrigation and crop load on leaf and fruit nutrition of fertigated Ambrosia/M.9 apple.

Neilsen, G.H., Neilsen, D., Guak, S., et Forge, T.A. (2015). « The effect of deficit irrigation and crop load on leaf and fruit nutrition of fertigated Ambrosia/M.9 apple. », HortScience, 50, p. 1387-1393.

Résumé

Des cultivars matures de pommier [Malus ×sylvestris (L.) Mill. var.domestica (Borkh.) Mansf.] ‘Ambrosia’/‘M.9’ ont été soumis, durant trois saisons de culture, à une expérience avec parcelles divisées comprenant quatre traitements d’irrigation (parcelles principales) et trois traitements de charge fruitière (sous-parcelles), à raison de 6 répétitions par traitement. La région de production, qui est semi-aride, est généralement irriguée du 1er mai au 1er octobre, période durant laquelle il tombe en moyenne environ 15 cm de précipitations. Les traitements d’irrigation, appliqués au moyen de 2 goutteurs par arbre produisant 4 L⋅h−1, comprenaient les traitements I1 – le remplacement quotidien de 100 % de l’évapotranspiration (ET); ou I2 – le remplacement quotidien de 50 % de l’ET; ou I3 – le remplacement de 50 % de l’ET d’un côté de l’arbre et I4 – le remplacement de 50 %, 25 % ou 18 % de l’ET un jour sur deux, de 2007 à 2009, respectivement. Les traitements de charge fruitière étaient appliqués annuellement, environ 4 à 5 semaines après la pleine floraison, de façon à obtenir une charge fruitière faible (2,5, 3 et 3,75 fruits/cm2 de superficie de section transversale du tronc, ou SSTT), moyenne (4,5, 6 et 7,5 fruits/cm2 de SSTT) et élevée (9, 12 et 15 fruits/cm2 de SSTT), de 2007 à 2009, respectivement. La charge fruitière a eu plus d’effet sur la concentration de nutriments dans les feuilles et les fruits que l’une ou l’autre des stratégies d’irrigation déficitaire. L’augmentation de la charge fruitière a entraîné une augmentation des concentrations d’azote (N) et de calcium (Ca) dans les feuilles et de Ca dans les fruits au cours de 2 des 3 années de l’étude, de même qu’une diminution systématique des concentrations de phosphore (P) et de potassium (K) dans les feuilles et les fruits et, au cours de 2 années sur 3, de bore (B) dans les fruits. Les réductions des applications d’eau saisonnières (comme dans le traitement I4) ont entraîné une réduction des concentrations de P dans les feuilles au cours de 2 années sur 3. Toutefois, lorsqu’elles étaient significatives (habituellement seulement 1 année sur 3), elles entraînaient une augmentation des concentrations de Ca, de magnésium (Mg), de P, de K et de B dans les fruits. La charge fruitière a également eu un effet dominant sur les taux de prélèvement de nutriments par les fruits, exprimés en kilogrammes par hectare. Le traitement de charge fruitière élevée a entraîné une augmentation du prélèvement de tous les nutriments mesurés au cours de la plupart des années. En revanche, la mise en œuvre de stratégies d’irrigation déficitaire a souvent (2 années sur 3) réduit les taux de prélèvement de P, de Mg et de B par les fruits, mais a eu peu d’effet sur le N, le Ca et le K. Les données cumulatives donnent à croire que l’irrigation déficitaire des vergers à haute densité de pommiers ‘Ambrosia’ auxquels on a appliqué du N, du P, du K et du B, combinée à une réduction de la charge fruitière visant à obtenir des fruits de bonne grosseur, ne devrait habituellement pas créer de problème additionnel concernant les nutriments. Cependant, il est possible que les concentrations de Ca soient faibles si la charge fruitière est très faible. L’apport de K à raison de 20 g/arbre/année a été insuffisant pour les arbres relativement âgés, des concentrations de K inadéquates ayant été mesurées pour tous les traitements au cours de la troisième année.

Date de modification :