Response of TaFLR MAPKKK to wheat leaf rust and Fusarium head blight and the activation of downstream components.

Gao, Y., Stebbing, J.A., Tubei, K., Tian, L.-N., Li, X.-Q., et Xing, T. (2016). « Response of TaFLR MAPKKK to wheat leaf rust and Fusarium head blight and the activation of downstream components. », Tropical Plant Pathology, p. 1-9. doi : 10.1007/s40858-015-0063-3  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les voies d’activation des protéines kinases reposant sur des facteurs mitogènes forment un réseau important des mécanismes de défense des plantes. L’analyse de puces géniques a montré que, chez la plante hôte, la régulation de nombreux éléments de la voie MAPK se fait en réponse à l’attaque d’un pathogène. La transcription du gène TaFLR (réponse à la fusariose [Fusarium ] et à la rouille des feuilles [Leaf Rust Response]), qui code une MAP kinase du blé, a été régulée à la hausse au cours des premières interactions entre le blé et le pathogène de la rouille des feuilles, Puccinia triticina. L’infection par le Fusarium graminearum a aussi activé ce gène. L’analyse des niveaux de transcription de base chez 16 cultivars du blé n’a montré aucune corrélation entre le niveau de la transcription du gène TaFLR et les phénotypes de résistance à la fusariose de l’épi. L’expression transitoire du TaFLR dans les protoplastes a activé les gènes β-1,3-glucanase et chitinase associés à la pathogenèse. Même si le niveau de transcription du gène TaFLRS (sensibilité à la fusariose de l’épi et à la rouille des feuilles du blé) n’a pas changé, la protéine kinase était hautement phosphorylée. L’expression ectopique du gène TaFLR chez la tomate a augmenté la résistance des plantes au pathogène bactérien Pseudomonas syringae pv. tomato. Nos résultats montrent que la protéine TaFLR pourrait activer les voies de défense et que cette activation pourrait reposer sur la phosphorylation de la protéine TaFLRS.

Date de modification :