Impact du glyphosate appliqué après l'anthèse sur la production de graines par l’ériochloë velue, sur le poids des graines et sur leur viabilité.

Nurse, R.E., Darbyshire, S.J., et Simard, M.-J. (2015). « Impact du glyphosate appliqué après l'anthèse sur la production de graines par l’ériochloë velue, sur le poids des graines et sur leur viabilité. », Canadian Journal of Plant Science, 95(6), p. 1193-1197. doi : 10.4141/CJPS-2015-166  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

En général, on applique les herbicides au début de la croissance des cultures et des mauvaises herbes afin de ne pas nuire au rendement. Peu d’études ont évalué l'effet d'une application tardive (après l'anthèse) de glyphosate comme moyen de lutte pour restreindre la production de semences par les mauvaises herbes qui échappent au traitement chimique, comme l’ériochloë velue (Eriochloa villosa). Les auteurs ont multiplié l’ériochloë velue en serre puis appliqué trois traitements de glyphosate après l'anthèse : (1) témoin (aucun traitement), (2) 900 g de matière active par hectare et (3) 1 800 g de matière active par hectare. Les inflorescences terminales ont été recueillies 21 jours après l'application du glyphosate et on a évalué la production de semences, le poids des graines et la viabilité de l'embryon. L'application de glyphosate après l'anthèse n'a aucune incidence sur la production de semences, mais elle diminue respectivement le poids et la viabilité des graines de 50 % et de 96 %. Par conséquent, l'application de glyphosate immédiatement avant que les fleurs de l’érichloë velue émergent de leur gaine foliaire (jusqu'au stade R1 du soja) est une bonne stratégie pour lutter contre cette adventice et empêcher des graines viables de s'ajouter à celles présentes dans le sol ou d'utiliser d'autres moyens de dispersion.

Date de modification :