Effect of breakdown and dispersion of soil aggregates by erosion on soil CO2 emission.

Wei, S., Zhang, X.-P., McLaughlin, N.B., Yang, X.M., Liang, A.-Z., Jia, S., et Chen, X. (2016). « Effect of breakdown and dispersion of soil aggregates by erosion on soil CO2 emission. », Geoderma, 264(Part A), p. 238-243. doi : 10.1016/j.geoderma.2015.10.021  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’érosion du sol représente un grave problème partout dans le monde. L’érosion, comme la perte de sol, a un effet considérable sur la dynamique du carbone organique du sol et la libération de CO2 dans l’atmosphère. Il n’y a pas de consensus quant à l’effet global de l’érosion du sol sur les émissions de CO2 à l’échelle du paysage. Nous avons mesuré la proportion de certaines fractions granulométriques d’agrégats au niveau de diverses positions touchées par l’érosion dans la pente. Nous avons mesuré les émissions cumulatives de CO2 issues d’échantillons de sol en vrac et de différentes fractions granulométriques d’agrégats provenant de cinq positions dans la pente d’un paysage dans le cadre d’une étude comportant une période d’incubation de 128 jours, en vue d’évaluer l’effet de la dégradation et de la dispersion des agrégats du sol causées par l’érosion sur la libération de C dans l’atmosphère sous forme de CO2. La proportion de la fraction grossière (> 0,25 mm) était plus élevée dans les positions soumises à l’érosion que dans les positions recevant les dépôts. Nous avons mesuré les émissions cumulatives de CO2-C (0,49 ± 0,04 g C kg-1 de sol) les plus élevées dans le cas des échantillons de sol en vrac issus du sommet de la pente. Durant les 22 premiers jours d’incubation, le taux d’émission de CO2 des fractions grossières (0,024 ± 0,009 g C kg-1 de sol j-1) était six fois aussi élevé que celui des fractions petites (0,0038 ± 0,0011 g C kg-1de sol j-1) dans le cas des échantillons prélevés en bas de pente. Le taux d’émission de CO2 des fractions grossières était significativement plus élevé dans le cas des échantillons prélevés dans les positions de la pente recevant les dépôts (pied de pente et bas de pente) que dans celui des positions soumises à l’érosion (sommet, épaulement et flanc). Nous en concluons que la dégradation et la dispersion des agrégats causées par l’érosion ont des répercussions sur la répartition des fractions granulométriques et sur les émissions de CO2 des agrégats dans différentes positions dans la pente et, ainsi, qu’elles ont une incidence sur la libération de C dans l’atmosphère.

Date de modification :