The potential mechanism of long-term conservation tillage effects on maize yield in the Black soil of Northeast China.

Zhang, S., Chen, X., Jia, S., Liang, A.-Z., Zhang, X.-P., Yang, X.M., Wei, S., Sun, B., Huang, D.D., et Zhou, G.Y. (2015). « The potential mechanism of long-term conservation tillage effects on maize yield in the Black soil of Northeast China. », Soil & Tillage Research, 154, p. 84-90. doi : 10.1016/j.still.2015.06.002  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La grave détérioration du sol et la baisse de rendement du maïs qui l’accompagne sont les principaux facteurs mettant en péril la durabilité de la production agricole dans la zone des sols noirs du nord-est de la Chine. Des méthodes culturales de conservation ont été proposées pour améliorer la fertilité du sol et produire des aliments à partir des ressources en sols décroissantes de cette région, mais une adoption généralisée de ces pratiques ne peut se produire que s’il est démontré qu’elles permettent une augmentation continue de la production. Pour comparer les effets du travail du sol sur le rendement du maïs, nous avons appliqué la modélisation par équation structurelle afin d’analyser les relations entre le développement/rendement du maïs et les propriétés du sol (caractéristiques physiques et chimiques) d’après une étude à long terme (12 ans) du travail du sol qui incluait les pratiques sans travail du sol (STS), le travail du sol en billons (TSB) et le travail du sol classique (TSC). Par rapport au TSC, une pratique STS et le TSB donnaient un rendement grainier du maïs, un rapport carbone/azote du sol et une humidité du sol plus élevés, ainsi qu’une température du sol et un taux de levée des semis moins élevés. Les avantages d’une pratique STS et du TSB sur le rendement du maïs ont surtout été imputables aux teneurs favorables en nutriments et en eau du sol, qui peuvent accroître la taille des plants à la fin de la saison de croissance et, en fin de compte, augmenter le rendement grainier du maïs. La température moins élevée du sol, et les taux de levée plus faibles qu’elle entraîne aux premiers stades de développement du maïs (de l’ensemencement à la levée), n’ont pas eu d’effets négatifs sur le rendement du maïs avec une pratique STS et un TSB. Les effets indésirables que sont une basse température du sol et de faibles taux de levée pourraient être compensés par le report de la date d’ensemencement sans que le rendement du maïs soit compromis. Nos travaux indiquent que les pratiques STS et le TSB pourraient tous deux permettre une amélioration significative par rapport à la pratique actuelle classique de travail du sol dans la zone des sols noirs du nord-est de la Chine.

Date de modification :