Bicarbonates in irrigation water contribute to carbonate formation and CO2 production in orchard soils under drip irrigation.

Hannam, K.D., Kehila, D., Millard, P., Midwood, A., Neilsen, D., Neilsen, G.H., Forge, T.A., Nichol, C., et Jones, M.D. (2016). « Bicarbonates in irrigation water contribute to carbonate formation and CO2 production in orchard soils under drip irrigation. », Geoderma, 266, p. 120-126. doi : 10.1016/j.geoderma.2015.12.015  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Une agriculture irriguée se pratique sur environ 257 millions d’hectares dans le monde, et cette forme d’agriculture continue à se développer, surtout dans les régions arides et semi-arides. On sait que des applications d’eau contenant des ions de calcium et de bicarbonate dissous causent la précipitation du carbonate de calcium dans le sol et la libération de dioxyde de carbone dans l’air, mais la contribution du C inorganique dans les émissions de CO2 du sol est rarement prise en compte. Nous avons utilisé une technique d’incubation à court terme élaborée pour l’examen des changements de quantités de C organique minéralisable et nous avons constaté que les sols situés sous les goutteurs d’un verger de pommes irrigué libéraient du CO2 issu de C organique et inorganique. Ces sols avaient des concentrations plus élevées de carbonates que les sols n’ayant pas reçu l’apport direct d’eau d’irrigation. La quantité de carbonates détectés à cet endroit était petite, mais elle pourrait être plus grande aux endroits où l’eau d’irrigation contient de plus grandes quantités de Ca2+ et de HCO3−. En outre, la productivité du site pourrait être réduite par des changements physiques et chimiques défavorables causés par des dépôts de carbonate dans le petit volume de sol occupé par les racines des arbres dans les vergers micro-irrigués avec porte-greffes nanisants. Pour mieux comprendre les répercussions sur la productivité du site et sur le flux global de C issu de la précipitation du carbonate dans les systèmes de micro-irrigation, les futurs travaux devront quantifier les émissions de CO2 durant l’irrigation et caractériser les propriétés chimiques et physiques du sol en établissant son profil.

Date de modification :