Root traits and carbon input in field-grown sweet pearl millet, sweet sorghum, and grain corn.

Thivierge, M.-N., Angers, D.A., Chantigny, M.H., Seguin, P., et Vanasse, A. (2016). « Root traits and carbon input in field-grown sweet pearl millet, sweet sorghum, and grain corn. », Agronomy Journal, 108(1), p. 459-471. doi : 10.2134/agronj2015.0291  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On possède peu d’information sur les caractères morphologiques au champ des racines des plantes agricoles, qui peuvent constituer un facteur déterminant pour l’efficacité de prélèvement du N et l’apport en C au sol. La culture du millet perlé sucré [Pennisetum glaucum (L.) R.BR.] et du sorgho à sucre [Sorghum bicolor (L.) Moench] à des fins énergétiques suscite de l’intérêt dans l’Est canadien, comme complément à l’amidon de maïs utilisé pour la production d’éthanol. La présente étude visait à caractériser et comparer la biomasse racinaire et les caractères des racines du millet perlé sucré, du sorgho à sucre et du maïs-grain (Zea mays L.) cultivés au champ ainsi qu’à évaluer leur apport en C au sol. Nous avons cultivé les plantes dans deux sites caractérisés par des loams sableux, dans l’est du Canada, et avons recueilli des échantillons de racines dans des carottes de sol prélevées dans la couche de 0 à 30 cm, puis avons pesé et soumis à un balayage ces échantillons. Les images ont été analysées au moyen du logiciel WinRhizo. Nous avons analysé la concentration en C des racines et des pousses. L’apport estimé en C au sol au moment de la récolte était plus élevé avec le maïs (243 g C m-2) qu’avec le sorgho et le millet (197 et 131 g C m-2, respectivement). Par contre, le millet et le sorgho présentaient les longueurs spécifiques des racines les plus élevées (83 m g-1 pour le millet, 39 m g-1 pour le sorgho et 22 m g-1 pour le maïs) et les proportions de racines très fines (< 0,5 mm de diamètre) dans la surface racinaire totale les plus élevées (60 à 63 % pour le millet et le sorgho, et 45 à 55 % pour le maïs). Le fait que les racines du millet et du sorgho soient longues et fines pourrait contribuer à leur efficacité de prélèvement du N. Toutefois, il faut tenir compte de leur apport en C au sol faible comparativement à celui du maïs-grain pour s’assurer que le bilan de C soit équilibré.

Date de modification :