Development and Evaluation of Multiplex PCR Assays for Rapid Detection of Virulence-associated Genes in Arcobacter Species.

Whiteduck-Léveillée, J., Cloutier, M., Topp, E., Lapen, D.R., Talbot, G., Villemur, R., et Khan, I.U.H. (2016). « Development and Evaluation of Multiplex PCR Assays for Rapid Detection of Virulence-associated Genes in Arcobacter Species. », Journal of Microbiological Methods, 121, p. 59-65. doi : 10.1016/j.mimet.2015.12.017  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Comme la pathogénicité des espèces d’Arcobacter pourrait être liée à différents facteurs de virulence, cette étude visait à mettre au point et à optimiser trois épreuves de PCR multiplexe (PCRm) en un seul tube pour identifier différents gènes associés à la virulence (GAV) chez les Arcobacter spp., dont A. butzleri, A. cryaerophilus et A. skirrowii. Les facteurs de virulence cibles utilisés dans cette étude étaient les suivants : protéine de liaison à la fibronectine (cj1349), hémagglutinine filamenteuse (hecA), protéine d’activation de l’hémolysine (hecB), hémolysine (tlyA), facteur de virulence de la protéine intégrale de la membrane (mviN), invasine (ciaB), protéine de la membrane externe (irgA) et phospholipase (pldA). Les résultats obtenus avec les épreuves de PCR uniplexe et multiplexe étaient identiques, et il n’y a eu aucune amplification croisée ou non spécifique lorsque les épreuves ont été faites sur des espèces bactériennes étroitement apparentées. La sensibilité des trois épreuves de mPCR variait de 1 ng μL−1 à 100 ng μL−1 d’ADN. Les épreuves mises au point avec une combinaison de paires d’amorces duplex or triplex de GAV ont été évaluées plus en détail et validées à l’aide d’isolats d’A. butzleri, A. cryaerophilus et A. skirrowii provenant d’échantillons de matières fécales d’origine humaine et animale. Les résultats montrent que la distribution des gènes ciaB (90 %), mviN (70 %), tlyA (50 %) et pldA (45 %) parmi ces espèces cibles est significativement plus élevée que celle des gènes hecA (16 %), hecB (10 %) ou celle de chacun des gènes irgA et cj1349 (6 %). Les nouvelles épreuves de PCRm mises au point peuvent servir de techniques rapides et de marqueurs utiles pour la détection, la détermination de la prévalence et le profilage des GAV chez Arcobacter spp. Elles sont en outre faciles à réaliser à grand débit et permettent une identification présomptive du pathogène en cause dans une enquête épidémiologique sur une infection chez l’humain.

Date de modification :