Colorado Potato Beetle Resistance in Solanum oplocense X Solanum tuberosum Intercross Hybrids and Metabolite Markers for Selection.

Tai, H.H., Worrall, K., De Koeyer, D.L., Pelletier, Y., Tai, G.C.C., et Calhoun, L.A. (2015). « Colorado Potato Beetle Resistance in Solanum oplocense X Solanum tuberosum Intercross Hybrids and Metabolite Markers for Selection. », American Journal of Potato Research, 92(6), p. 684-696. doi : 10.1007/s12230-015-9484-2  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons croisé le Solanum oplocense Hawkes, espèce sauvage apparentée à la pomme de terre (S. tuberosum L.) qui constitue une source de résistance au doryphore de la pomme de terre Leptinotarsa decemlineata (Say), avec le S. tuberosum. Les clones obtenus par rétrocroisement présentaient divers degrés de résistance. Nous avons analysé les différences entre les clones résistants et les clones sensibles au niveau des métabolites foliaires, au moyen de la chromatographie en phase liquide couplée à la spectrométrie de masse (LC-MS). Nous avons utilisé des méthodes de classification par apprentissage automatique supervisé, soit la méthode USC (uncorrelated shrunken centroids(), la méthode k des plus proches voisins (KNN) et al méthode des machines à vecteurs de support (SVM), pour créer des algorithmes permettant de classer les sujets résistants et les sujets sensibles au moyen des données sur les métabolites. Cinq métabolites présentaient un faible taux d’erreur pour la prédiction de la résistance au doryphore de la pomme de terre. Ces cinq métabolites comprenaient deux glycoalcaloïdes précédemment associés à la résistance et à la sensibilité au doryphore de la pomme de terre, soit la déshydrocommersonine et la solanine. Nous avons constaté que la résistance était associée à la composition en glycoalcaloïdes, plus précisément à un rapport déshydrocommersonine/solanine élevé.

Date de modification :