Identification of bacterial pathogens and races of Pseudomonas syringae pv. phaseolicola from dry bean fields in Western Canada.

Chatterton, S., Balasubramanian, P.M., Erickson, R.S., Hou, A., McLaren, D.L., Henriquez, M.A., et Conner, R.L. (2016). « Identification of bacterial pathogens and races of Pseudomonas syringae pv. phaseolicola from dry bean fields in Western Canada. », Canadian Journal of Plant Pathology, 38(1), p. 41-54. doi : 10.1080/07060661.2016.1141800  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Plusieurs maladies bactériennes peuvent compromettre la production de haricots secs dans l’Ouest canadien. Les objectifs de cette étude étaient d’évaluer l’incidence de plusieurs maladies bactériennes sur les haricots secs dans le sud de l’Alberta et d’identifier les races courantes causant la graisse du haricot (GH) dans les champs de l’Ouest canadien. Des études sur le terrain, combinées à l’isolement de l’agent pathogène, ont été menées de 2012 à 2014 pour déterminer la fréquence relative des agents pathogènes bactériens. Ceux causant la GB et la tache brune ont été le plus fréquemment isolés de tissus symptomatiques, tandis que les agents pathogènes causant la brûlure bactérienne (BB) et le flétrissement bactérien ont été rarement détectés. Afin de cribler des lignées de haricots relativement à une sélection ciblant la résistance à la GH, nous devions déterminer quelles étaient les races de Pseudomonas syringae pv. phaseolicola (Pph) que l’on trouvait dans l’Ouest canadien. En tout, de 2010 à 2013, 114 isolats de Pph ont été obtenus d’échantillons de haricots secs provenant de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba. Des analyses de virulence menées sur ces isolats quant à la série différentielle de la graisse du haricot ont montré qu’il y avait seulement que les races 2 et 6. Celles-ci étaient aussi courantes l’une que l’autre au Manitoba, la race 2 comptait pour 81 % des isolats provenant de l’Alberta et, en Saskatchewan, il n’y avait que la race 2. Le criblage de lignées de sélection résistantes à la BB a montré que toutes étaient réceptives à l’égard d’un isolat de la race 2 de Pph. Toutefois, plusieurs cultivars commerciaux utilisés couramment ou récemment homologués en vue d’une production commerciale en Alberta ont affiché une certaine diminution de la sensibilité à la GH. Ces résultats devraient être appliqués aux programmes de sélection des haricots secs qui visent à incorporer la résistance à la graisse dans les lignées adaptées aux conditions canadiennes.

Date de modification :