Inactivation of Escherichia coli O157 bacteriophages by using a mixture of ferrous sulfate and tea extract.

Liu, H., Meng, R., Wang, J., Niu, Y.D., Li, J.-Q., Stanford, K.I.M., et McAllister, T.A. (2015). « Inactivation of Escherichia coli O157 bacteriophages by using a mixture of ferrous sulfate and tea extract. », Journal of Food Protection, 78(12), p. 2220-2226. doi : 10.4315/0362-028X.JFP-15-239  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les bactériophages (phages) sont utilisés pour lutter contre Escherichia coli O157 et d’autres bactéries pathogènes dans différents aliments et matrices, mais peu d’études ont porté sur l’inactivation des phages résiduels dans le milieu de culture avant l’ensemencement sur gélose en vue du dénombrement des bactéries hôtes survivantes pour l’évaluation de l’efficacité des phages. Or, cette omission pourrait donner lieu à une surestimation de l’efficacité des phages. Nous avons vérifié la capacité virucide d’une solution contenant un mélange de sulfate de fer(II) [FeSO4] et d’extrait de thé [Fe(II)T] pour inactiver les phages résiduels de types T5, T1, T4 et rV5 en utilisant E. coli O157 comme hôte. À des concentrations ≥ 10 mM FeSO4, aucun phage n’a été détecté après 20 min dans un modèle de bouillon de culture. Comparativement aux témoins en solution sans virucide (taux de récupération de 1 à 96 %), la solution contenant le Fe(II)T (10 mM FeSO4 plus 15 % d’extrait de thé) a permis de récupérer un plus grand nombre (p < 0,01) d’E. coli O157 du bouillon de culture traité contre les phages (taux de récupération de 97 à 100 %) et des échantillons de bœuf (taux de récupération de 52 à 100 %). En outre, avec l’ajout de Fe(II)T, le nombre de bactéries ayant survécu à l’exposition aux phages de types T5 ou T4 était plus élevé (p < 0,01) que le nombre de bactéries ayant survécu à l’exposition aux phages de types T1 ou rV5. Par conséquent, l’utilisation d’un virucide pour inactiver les phages est recommandée pour améliorer l’exactitude de l’évaluation de l’efficacité des phages dans la lutte biologique contre E. coli O157.

Date de modification :