Impact of mash feeding versus pellets on propionic / butyric acid levels and on total E. coli load in the gastrointestinal tract of growing pigs.

Longpré, J., Fairbrother, J.M., Fravalo, P., Arsenault, W.J., LeBel, P., Laplante, B., Surprenant, C., Massé, D.I., et Letellier, A. (2016). « Impact of mash feeding versus pellets on propionic / butyric acid levels and on total E. coli load in the gastrointestinal tract of growing pigs. », Journal of Animal Science, 94(3), p. 1053-1063. doi : 10.2527/jas.2015-9617  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les caractéristiques des aliments peuvent influencer la composition des communautés bactériennes et les activités métaboliques dans le tractus gastro-intestinal des porcs, des facteurs qui sont associés à des effets positifs sur l’intestin. Le recours aux aliments en purée est associé à une excrétion réduite de Salmonella, mais on connaît mal le mode d’action de tels aliments ou leurs effets sur la population d’Escherichia coli. Dans notre étude, nous voulions déterminer l’effet de la texture des aliments combinée à la taille des particules alimentaires sur les profils et les concentrations d’acides gras volatils (AGV), sur le nombre total d’E. coli et sur la présence de gènes codant des facteurs de virulence de souches d’E. coli pathogènes dans le tube digestif, de même que sur la performance des porcs d’engraissement. Pour ce faire, durant la période d’engraissement, nous avons donné à des porcs (n = 840) d’une exploitation commerciale une ration, en purée ou sous forme de granulés, dont la taille des particules alimentaires différait. À l’abattoir, nous avons effectué des prélèvements dans le contenu du cæcum et du côlon de 164 porcs en vue du dénombrement d’E. coli par PCR quantitative (PCRq) et de la quantification des AGV par chromatographie en phase gazeuse sur colonne capillaire. Nous avons utilisé le gène yccT pour le dénombrement total d’E. coli. Nous avons observé des performances améliorées chez les porcs ayant reçu les granulés et des aliments dont les particules étaient de 500 μm. Les concentrations d’acide propionique dans le cæcum (p = 0,02) et le côlon (p < 0,01) étaient plus basses chez les porcs ayant reçu les granulés que chez ceux ayant reçu les aliments en purée. De même, les concentrations d’acide butyrique dans le cæcum (p = 0,01) et le côlon (p < 0,001) étaient plus faibles chez les porcs ayant reçu les granulés que chez ceux ayant reçu les aliments en purée, comme l’a révélé la chromatographie en phase gazeuse sur colonne capillaire. En outre, les concentrations d’acide butyrique dans le cæcum (p = 0,03) et le côlon (p < 0,001) étaient plus élevées avec les aliments dont la taille des particules était de 1 250 μm qu’avec ceux dont la taille des particules était de 500 μm. Par ailleurs, les concentrations totales d’E. coli dans le cæcum et le côlon étaient plus élevées avec les granulés qu’avec les aliments en purée. Quant à la quantité totale d’E. coli, le nombre de copies du gène yccT dans le cæcum (p < 0,01) et le côlon (p < 0,01) était plus élevé chez les porcs ayant reçu les granulés que chez ceux ayant reçu les aliments en purée. Nous n’avons observé aucun effet de la taille des particules sur la concentration des acides gras ou le nombre d’E. coli. La quantification des gènes de virulence n’a révélé aucune tendance. Dans l’ensemble, nos résultats montrent que les aliments en purée sont associés à une performance de croissance diminuée, mais à des changements intestinaux favorables liés aux concentrations d’AGV et à la réduction du nombre d’E. coli dans l’intestin.

Date de modification :