Can subclinical infestation by paralyzing Dermacentor andersoni (Acari: Ixodidae) induce immunity to tick paralysis in sheep?

Lysyk, T.J. et Dergousoff, S.J. (2016). « Can subclinical infestation by paralyzing Dermacentor andersoni (Acari: Ixodidae) induce immunity to tick paralysis in sheep? », Journal of Medical Entomology, p. 1-4. doi : 10.1093/jme/tjv248  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les bovins et les moutons peuvent acquérir une immunité contre la paralysie causée par Dermacentor andersoni Stiles. Ce phénomène n’a toutefois été signalé que chez les animaux qui avaient d’abord été provoqués avec une dose élevée de tiques et qui présentaient des symptômes de paralysie évidents. Chez les moutons, la paralysie se manifeste proportionnellement à la dose : aucune paralysie ne survient chez les moutons exposés à < 0,2 tique par kilogramme (poids du mouton), et 100 % des moutons exposés à > 0,8 tique par kilogramme sont atteints de paralysie. Nous avons réalisé la présente expérience pour déterminer si les moutons exposés à une faible dose de tiques pouvaient aussi acquérir une immunité contre la paralysie. Des moutons ont été exposés à une faible dose (0,2 tique par kilogramme) ou à une dose élevée (0,8 tique par kilogramme) de tiques, puis ont été soumis à une seconde provocation constituée d’une dose paralysante de tiques. Tous les moutons naïfs (huit sur huit) ont été paralysés, alors que la paralysie n’a touché que quatre moutons sur les huit précédemment exposés à une faible dose et n’en a touché qu’un seul sur les huit ayant été exposés à une dose élevée. Nos résultats montrent qu’une immunité peut être acquise chez les moutons exposés à une dose subclinique de tiques paralysantes, mais dans une plus faible proportion que chez les moutons exposés à une dose élevée de tiques. L’élaboration d’un vaccin demeure peut‑être la meilleure option pour la lutte non acaricide contre la paralysie à tiques.

Date de modification :