Comparison of two live Bacillus species as feed additives for improving in vitro fermentation of cereal straws.

Wang, Z., He, Z.X., Beauchemin, K.A., Tang, S.X., Zhou, C.S., Han, X.F., Wang, M., Kang, J.H., Odongo, N.E., et Tan, Z.L. (2015). « Comparison of two live Bacillus species as feed additives for improving in vitro fermentation of cereal straws. », Animal Science Journal. doi : 10.1111/asj.12346  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Cette étude, menée selon un dispositif factoriel de 2  ×  4, visait à examiner et à comparer les effets de l’ajout de deux souches vivantes de Bacillus (B. licheniformis et B. subtilis) à quatre doses (0; 0,25  ×  107; 0,50  ×  107 et 0,75  ×  107 unités formatrices de colonies [UFC]) sur la cinétique de production de gaz in vitro ainsi que sur la dégradation des fibres, la production de méthane et la fermentation ruminale de fourrage de maïs et de paille de riz par un mélange de microorganismes du rumen des vaches laitières. Comparativement au B. subtilis, l’ajout de B. licheniformis a donné lieu à une augmentation (p  <  0,05) du pH, des concentrations d’azote ammoniacal (N-NH3) et d’isovalérate, ainsi qu’à une diminution (p  <  0,05) de la production de méthane (CH4), du rapport entre l’acétate et le propionate et de la concentration des acides gras volatils totaux. L’ajout de B. licheniformis et de B. subtilis a entraîné une hausse (p  <  0,05) ou une augmentation numérique de la production maximale de gaz, tout en abaissant (p  <  0,05) ou en donnant lieu à une diminution numérique du pH et de la concentration des acides gras les plus volatils. L’ajout de B. licheniformis a entraîné une augmentation (p  <  0,05) de la concentration de N-NH3 ainsi qu’une réduction de la production de CH4 et du rapport entre l’acétate et le propionate (p  <  0,05), alors que l’ajout de B. subtilis a entraîné une baisse de la concentration de N-NH3 (p  <  0,05) et une hausse de la production de CH4 et du rapport entre l’acétate et le propionate, comparativement au témoin. Ces résultats montrent que pour un additif vivant, on préférera B. licheniformis à B. subtilis, et la dose optimale serait de 0,25  ×  107 UFC/500 mg de substrat.

Date de modification :