Late glyphosate applications alter yield and yield components in glyphosate-resistant canola (Brassica napus L.).

Tozzi, E., Harker, K.N., Blackshaw, R.E., O'Donovan, J.T., Strelkov, S.E., et Willenborg, C.J. (2015). « Late glyphosate applications alter yield and yield components in glyphosate-resistant canola (Brassica napus L.). », Weed Technology, 29(4), p. 675-683. doi : 10.1614/WT-D-15-00009.1  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La mise au point de cultivars de canola résistants au glyphosate a constitué une amélioration en matière de la lutte contre les mauvaises herbes pour les producteurs, mais la tolérance des plantes cultivées au glyphosate est parfois inadéquate durant les derniers stades de croissance. Dans le cadre de la présente étude, nous avons utilisé le canola 45H28 (RR), résistant au glyphosate, pour déterminer les effets du moment de l’application du glyphosate sur le rendement et diverses composantes du rendement, dans plusieurs sites dans l’Ouest canadien. Nous avons réalisé des traitements uniques de glyphosate aux stades des deux feuilles, des six feuilles, de la montaison ou du début de la floraison, ainsi que des traitements séquentiels aux stades des deux feuilles + des six feuilles, des deux feuilles + de la montaison ou des deux feuilles + du début de la floraison. Nous avons évalué les différences entre les applications hâtives et tardives, entre les traitements simples et les traitements séquentiels ainsi qu’entre les traitements conformes à l’étiquette (stade des deux feuilles à stade des six feuilles) et les traitements non conformes à l’étiquette (après le stade des six feuilles). En général, le moment de l’application a engendré des différences quant au rendement et aux composantes du rendement dans le cas de 3 des 8 combinaisons d’année et de localité. L’application du glyphosate non conforme à l’étiquette (après le stade des six feuilles) a entraîné une diminution significative du rendement, une diminution du nombre de graines par silique et une augmentation du poids de mille graines ainsi qu’un avortement des siliques dans les localités de Lethbridge et de St. Albert. Il est possible qu’une augmentation de la translocation du glyphosate causée par une translocation adéquate, mais non excessive, de l’eau vers les nouvelles pousses ait empêché la formation de nouvelles graines et favorisé l’avortement des siliques au moment de l’application au cours des saisons 2010 et 2011. Nos résultats montrent qu’il est important d’appliquer le glyphosate au moment approprié dans les cultures de canola, et ils nous permettent de mieux prédire les effets des applications tardives.

Date de modification :