Influences maternelles sur la consommation de colostrum et la survie néonatale du porcelet.

Quesnel, H., Gondret, F., Merlot, E., et Farmer, C. (2015). « Influences maternelles sur la consommation de colostrum et la survie néonatale du porcelet. », INRA Productions Animales, 28(4), p. 295-304.

Résumé

La cause majeure de mortalité néonatale des porcelets est l’hypothermie due à une consommation insuffisante de colostrum. La consommation de colostrum résulte d’interactions complexes entre la truie, le porcelet, la portée et l’environnement. La truie et le déroulement de la gestation peuvent influencer de nombreux facteurs qui jouent un rôle clé dans la prise de colostrum par le porcelet et ses chances de survie, comme son poids, sa maturité et sa vitalité à la naissance, ou la variabilité intra-portée du poids de naissance. La consommation de colostrum dépend aussi de la capacité de la truie à le produire en quantité suffisante pour couvrir les besoins de sa portée. Les stratégies de suralimentation des truies pendant la totalité ou une partie de la gestation pour augmenter le poids ou la maturité des porcelets à la naissance se révèlent généralement inefficaces. L’impact de ces stratégies mériterait néanmoins d’être étudié dans des élevages où les performances zootechniques sont réellement dégradées. Des pistes à explorer concernent la supplémentation des régimes de gestation en certains acides gras ou certains acides aminés. Les supplémentations en composés modulant l’immunité augmentent généralement les teneurs en immunoglobulines du colostrum, mais les conséquences sur la survie néonatale nécessitent d’être étudiées sur le terrain. Enfin, l’alimentation maternelle pendant la gestation et la phase peripartum peut influencer la quantité et la qualité du colostrum consommé par les porcelets nouveau-nés et une attention particulière devra être portée à ce volet dans les recherches futures.

Date de modification :