Sowing density and cultivar effects on pith expression and yield in solid-stemmed durum wheat.

Nilsen, K.T., Clarke, J.M., Beres, B.L., et Pozniak, C.J. (2016). « Sowing density and cultivar effects on pith expression and yield in solid-stemmed durum wheat. », Agronomy Journal, 108(1), p. 219-228. doi : 10.2134/agronj2015.0298  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le cèphe du blé (Cephus cinctus; Hymenoptera: Cephidae) est un insecte destructeur qui inflige des dommages importants au blé de printemps, au blé d’hiver (Triticum aestivum L.) et au blé dur (Triticum turgidum L. var. durum) en Amérique du Nord. L’alimentation des larves issues d’œufs pondus à l’intérieur des tiges endommage le tissu vasculaire et réduit la capacité photosynthétique et le rendement grainier des plantes infestées. La méthode la plus efficace pour réduire au maximum les pertes infligées par le ravageur consiste à semer des cultivars à tige pleine qui produisent de la moelle dans la paille. Les recherches récentes ont été axées principalement sur la détermination des densités d’ensemencement permettant d’optimiser l’expression des gènes responsables du caractère plein des tiges et les rendements grainiers chez le blé commun, mais très peu de travaux ont été consacrés au blé dur. Nous avons évalué l’incidence de quatre densités d’ensemencement (150, 250, 350, 450 graines m-2) sur l’expression des gènes responsables du caractère plein des tiges chez deux nouveaux cultivars de blé dur à tige pleine, CDC Fortitude et AAC Raymore, et, à des fins comparatives, chez le cultivar de blé commun à tige pleine, Lillian. Chez les cultivars CDC Fortitude et AAC Raymore, nous avons observé un niveau élevé d’expression des gènes responsables du caractère plein des tiges dans tous les environnements et à toutes les densités d’ensemencement testés; en comparaison, la production de moelle chez Lillian a été à peine plus élevée que chez Strongfield, cultivar de blé dur à tige creuse utilisé comme témoin. La baisse de rendement souvent associée à une forte expression des gènes responsables du caractère plein des tiges n’a pas été observée chez CDC Fortitude et AAC Raymore, le rendement grainier de ces deux cultivars étant comparable à celui de Strongfield. De façon générale, chez l’ensemble des cultivars, l’augmentation de la densité d’ensemencement a eu une incidence positive sur les rendements grainiers, mais un effet négatif sur l’expression des gènes responsables du caractère plein des tiges. Nos résultats donnent à croire que, contrairement à ce qu’on observe chez les cultivars de blé roux de printemps de l’Ouest canadien (CWRS) à tige pleine, il n’est pas nécessaire d’altérer la densité d’ensemencement pour obtenir un niveau de résistance efficace contre le cèphe du blé chez les cultivars CDC Fortitude et AAC Raymore.

Date de modification :