Occurrence of copper-resistant strains and a shift in Xanthomonas spp. Causing tomato bacterial spot in Ontario.

Abbasi, P.A., Khabbaz, S.E., Weselowski, B., et Zhang, L. (2015). « Occurrence of copper-resistant strains and a shift in Xanthomonas spp. Causing tomato bacterial spot in Ontario. », Canadian Journal of Microbiology, 61(10), p. 753-761. doi : 10.1139/cjm-2015-0228  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On a caractérisé la sensibilité au cuivre et la distribution des espèces de souches de terrain de pathogènes bactériens de la tache bronzée de la tomate (Xanthomonas euvesicatoria, X. vesicatoria, X. perforans et X. gardneri). Un ensemble de 98 souches ont été isolées à partir d’échantillons de feuilles et de fruits symptomatiques prélevés de 18 champs de tomate de l’Ontario. Des essais de pathogénicité en serre ont indiqué que la plupart des souches de terrain occasionnaient des symptômes graves (37 souches) ou très graves (23 souches) chez des plants de tomate ‘Bonny Best’, tandis que 38 souches ont donné lieu à des symptômes modérés. Sur des géloses MGY auxquelles on a ajouté diverses concentrations de sulfate de cuivre, 11 souches étaient totalement sensibles (aucune croissance) et 87 souches étaient résistantes (se sont multipliées en présence de concentrations de cuivre égales ou supérieures à 1,0 mmol/L). Une analyse par PCR du groupe de gènes hrp suivie d’une digestion de restriction avec HaeIII et d’un séquençage a permis d’identifier les espèces prédominantes comme étant X. gardneri (35 souches) et X. perforans (26 souches) tandis que X. euvesicatoria et X. vesicatoria étaient des espèces moins représentées dans les champs de tomate de l’Ontario. Une analyse de l’hydrolyse de l’amidon sur gélose est venue appuyer la distinction des souches de terrain en diverses espèces. Par ailleurs, 72 souches de terrain ont généré des colonies jaune-vert entourées d’une zone laiteuse sur un milieu différentiel à xanthomonades (Xan-D) alors que les colonies de 26 souches n’ont pas produit de telle zone. Il fut impossible de regrouper 34 souches au sein d’espèces et 25 d’entre elles n’ont produit aucune amplification PCR du gène hrp et aucune zone laiteuse autour de leurs colonies sur milieu Xan-D. Nos résultats laissent entrevoir une présence répandue de souches résistantes au cuivre et une prolifération de souches de X. perforans causant la tache bronzée de la tomate en Ontario. Les données sur la résistance au cuivre et la distribution des espèces aideront à élaborer des stratégies efficaces de contrôle de la maladie, à choisir judicieusement les cultivars, et à concevoir de nouveaux cultivars de tomate.

Date de modification :