Spread of Plasmodiophora brassicae on canola in Canada, 2003–2014: Old pathogen, new home.

Gossen, B.D., Strelkov, S.E., Manolii, V.P., Rennie, D.C., Tsao, R., Cao, T., Hwang, S.F., Peng, G., et McDonald, M.R. (2015). « Spread of Plasmodiophora brassicae on canola in Canada, 2003–2014: Old pathogen, new home. », Canadian Journal of Plant Pathology, 37(4), p. 403-413. doi : 10.1080/07060661.2015.1105871  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Depuis plus de 50 ans et partout en Amérique du Nord, on rapporte que la hernie, causée par Plasmodiophora brassicae, s’attaque aux légumes de la famille des brassicacées. Toutefois, elle n’a pas été rapportée sur les Prairies canadiennes sur le canola (Brassica napus) avant sa découverte initiale, en 2003, dans une douzaine de champs près d’Edmonton en Alberta. Le but de cette revue est de consolider et de résumer les données relatives à la dissémination de P. brassicae sur le canola au Canada depuis 2003, d’en comparer la distribution avec d’autres sites infestés en Ontario et de tirer des conclusions quant à l’importance relative de la transmission sur courtes et longues distances de l’agent pathogène sur sa distribution dans les Prairies. Au cours de la dernière décennie, de P. brassicae s’est répandu dans le centre de l’Alberta, la pointe de l’épidémie gagnant environ 20 km par année, ce qui a engendré l’infestation confirmée de plus de 1850 champs. L’ADN de l’agent pathogène a également été détecté dans des échantillons de sol collectés en Saskatchewan et au Manitoba; des symptômes pour le moins bénins de la hernie ont été observés dans des sites isolés sur les Prairies. Il a déjà été démontré que, sur de courtes distances, le transport de spores de repos contenues dans le sol transporté par la machinerie agricole est un important mécanisme de dissémination dans cette région. Les particules de sol soufflées par le vent peuvent également jouer un rôle important dans la dispersion des spores de repos sur de courtes et de longues distances. Par ailleurs, leur dispersion sur les semences ne semble pas être un facteur aussi déterminant en ce qui a trait à la dissémination de la hernie. Comparativement à sa dissémination rapide sur les Prairies, en Ontario, P. brassicae se répand très lentement à partir du site infesté, voire du tout. De toute évidence, cela reflète le petit volume relatif et la faible force de la source d’inoculum ainsi que l’absence d’hôtes réceptifs à proximité du site ontarien, comparativement aux milliers d’hectares de champs lourdement infestés qui constituent une puissante et abondante source d’inoculum dans le centre de l’Alberta.

Date de modification :