Diets enriched with cranberry beans alter the microbiota and mitigate colitis severity and associated inflammation.

Monk, J.M., Lepp, D., Zhang, C., Wu, W., Zarepoor, L., Lu, J., Pauls, K.P., Tsao, R., Wood, G.A., Robinson, L.E., et Power, K.A. (2016). « Diets enriched with cranberry beans alter the microbiota and mitigate colitis severity and associated inflammation. », Journal of Nutritional Biochemistry, 28, p. 129-139. doi : 10.1016/j.jnutbio.2015.10.014  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le haricot commun est riche en composés phénoliques et en composés fermentables non digestibles, qui pourraient aider à atténuer les effets des affections intestinales. Nous avons évalué l’effet d’une alimentation comportant 20 % de farine de deux variétés de haricots canneberges présentant un profil de composés phénoliques différent [haricots canneberges foncés (HCF) et non foncés (HCNF) et une alimentation de référence (AR) servant de témoin] sur des aspects essentiels de la santé intestinale chez des souris n’ayant pas subi de provocation et chez des souris présentant une colite provoquée par du sulfate de dextrane sodique (2 % p/v, 7 j). Chez les souris n’ayant pas subi de provocation, les HCNF et les HCF ont provoqué, par rapport à l’AR, une augmentation : i) des taux d’acides gras à chaîne courte dans le cæcum; ii) de la profondeur des glandes intestinales; iii) du nombre de cellules caliciformes et de la quantité de mucus dans les glandes intestinales; et iv) de l’expression des gènes codant Muc1, Klf4 et Relmβ, signe d’une activité microbienne accrue et d’une amélioration de la fonction de la barrière intestinale. Le séquençage de l’ARNr 16S dans les matières fécales a révélé que les haricots ont provoqué une diminution de l’abondance des bactéries de la famille des Lactobacillaceae (Ruminococcus gnavus), des Clostridiaceae (Clostridium perfringens), des Peptococcaceae, des Peptostreptococcaceae, des Rikenellaceae et des Pophyromonadaceae, et une augmentation de l’abondance des bactéries de la famille des S24 7 et des Prevotellaceae. Chez les animaux présentant une colite, les haricots ont provoqué : i) une diminution de la gravité de la maladie et des lésions histologiques dans le côlon; ii) une augmentation de l’expression des gènes favorisant la fonction de barrière intestinale (Muc1-3, Relmβ et Reg3γ); et iii) une diminution des taux de cytokines inflammatoires (IL 1β, IL 6, INFγ et TNF α) dans le côlon et la circulation. Par conséquent, avant la provocation de la maladie, l’ajout de haricots dans l’alimentation a provoqué une amélioration de divers paramètres favorisant la santé intestinale, ce qui a atténué la gravité de la colite. De plus, les deux types d’alimentation avec haricots ont eu des effets similaires, signe que le profil de composés phénoliques n’a eu aucun effet sur les paramètres évalués. Ces données permettent de valider le principe selon lequel les haricots peuvent protéger les intestins contre une colite et atténuer les effets de la colite, ce qui pourrait être extrapolé à d’autres pathologies associées à la barrière intestinale.

Date de modification :