Diet supplementation with cinnamon oil, cinnamaldehyde, or monensin does not reduce enteric methane production of dairy cows.

Benchaar, C. (2016). « Diet supplementation with cinnamon oil, cinnamaldehyde, or monensin does not reduce enteric methane production of dairy cows. », Animal, 10(3), p. 418-425. doi : 10.1017/S175173111500230X  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Cette étude visait à évaluer l’effet des substances suivantes ajoutées aux rations des vaches laitières sur l’émission de méthane entérique (CH4) : huile de cannelle (CAN), cinnamaldéhyde (CDH) ou monensin (MON). Nous avons utilisé huit vaches Holstein multipares en lactation pourvues d’une canule ruminale dans une expérience réalisée selon un plan en carré latin répété 4 × 4 (périodes de 28 jours). Les vaches ont reçu, à volonté, une ration totale mélangée [(RTM), 60:40 fourrage:concentré en matière sèche (MS)] non supplémentée (TÉM) ou supplémentée avec de la CAN (50 mg/kg MS ingérée), de la CDH (50 mg/kg MS ingérée) ou du monensin (24 mg/kg de MS ingérée). Nous avons mesuré les paramètres suivants sur 6 jours consécutifs : consommation de matière sèche, digestibilité des éléments nutritifs, rétention de l’azote, performance laitière. Nous avons évalué la dégradabilité ruminale de la ration de base (sans ajout) dans des incubations en sac de 0, 2, 4, 8, 16, 24, 48, 72 et 96 heures. Nous avons également déterminé les caractéristiques de fermentation (pH, acides gras volatils [AGV], ammoniac [NH3]) et la quantité de protozoaires sur 2 jours. Les émissions de CH4 entérique ont été mesurées sur 6 jours consécutifs à l’aide de la technique à l’hexafluorure de soufre (SF6). L’ajout à la ration de CAN, de CDH ou de MON n’a pas eu d’effet sur la consommation de matière sèche, la rétention de l’azote, la dégradation ruminale en sac ou la digestibilité des éléments nutritifs. Les caractéristiques de fermentation ruminale et le nombre de protozoaires n’ont pas varié avec l’ajout des substances à la ration. L’émission de CH4 entérique et les pertes énergétiques en CH4 étaient en moyenne de 491 g/jour et de 6,59 % de l’apport énergétique brut, respectivement, et elles n’ont pas varié avec l’ajout de CAN, de CDH ou de MON à la ration. Les résultats de cette étude montrent que l’ajout de CAN, de CDH ou de MON ne représente pas une stratégie d’atténuation valable de l’émission de CH4 chez les vaches laitières.

Date de modification :