Associations between DGAT1, FABP4, LEP, RORC, and SCD1 gene polymorphisms and fat deposition in Spanish commercial beef.

Avilés, C., Polvillo, O., Peña, F., Juárez, M., Martínez, A.L., et Molina, A. (013). « Associations between DGAT1, FABP4, LEP, RORC, and SCD1 gene polymorphisms and fat deposition in Spanish commercial beef. », Journal of Animal Science, 91(10), p. 4571-4577. doi : 10.2527/jas.2013-6402  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La présente étude visait à évaluer la distribution de fréquence de marqueurs dans les gènes codant les protéines suivantes : diacylglycérol acyltransférase (DGAT1), protéine 4 de liaison aux acides gras (FABP4), leptine (LEP), récepteur C orphelin apparenté aux récepteurs de l’acide rétinoïque (RORC) et la stéaroyl-CoA désaturase (SCD1) d’une population commerciale croisée de bovins (n = 286) du sud-ouest de l’Espagne. Nous avons aussi évalué le lien entre 5 SNP majeurs et le gras dorsal (GD) et intramusculaire (GI) pour voir s’ils pouvaient servir de façon courante dans l’industrie (si les liens sont confirmés) en raison de leur facilité d’utilisation. Le génotype KK du gène DGAT1 était associé (p = 0,046) à la valeur la plus élevée de GD. Chez les taureaux du génotype GG pour le SNP du gène FABP4, les pourcentages de GI étaient supérieurs (p = 0,030), ce qui signifie une augmentation de 0,155 % du GI par copie de l’allèle G de ce marqueur (p = 0,009). Nous avons constaté une association significative entre le marqueur RORC: g.3290T > G et le pourcentage de GI. Le génotype GG du marqueur RORC: g.3290T > G est celui qui présentait le plus faible pourcentage de GI (p = 0,025). Les associations spécifiques observées dans cette étude fournissent des renseignements sur le rôle de ces gènes dans les dépôts lipidiques chez une population de bovins du sud-ouest de l’Espagne, et peuvent servir d’outil pour améliorer certains caractères liés à la qualité de la viande par la sélection effectuée à l’aide de marqueurs. Il faudrait toutefois des études organoleptiques pour explorer plus à fond l’utilité de ces gènes relativement à la qualité de la viande et leur effet sur la saveur du bœuf.

Date de modification :