Whole Soy Flour Incorporated into a Muffin and Consumed at 2 Doses of Soy Protein Does Not Lower LDL Cholesterol in a Randomized, Double-Blind Controlled Trial of Hypercholesterolemic Adults.

Padhi, E., Blewett, H.J., Duncan, A.M., Guzman, R.P., Hawke, A., Seetharaman, K., Tsao, R., Wolever, T.M.S., et Ramdath, D.D. (2015). « Whole Soy Flour Incorporated into a Muffin and Consumed at 2 Doses of Soy Protein Does Not Lower LDL Cholesterol in a Randomized, Double-Blind Controlled Trial of Hypercholesterolemic Adults. », Journal of Nutrition, 145(12), p. 2665-2674. doi : 10.3945/jn.115.219873  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Contexte : La consommation de protéines de soja peut diminuer le risque de coronaropathie en abaissant les taux de cholestérol LDL, mais peu d’études ont porté sur la question de savoir si la farine de soja entier avait un effet similaire. Objectif : L’objectif de la présente étude était d’évaluer l’effet dose réponse de la farine de soja entier incorporée dans des muffins sur la concentration plasmatique de cholestérol LDL chez des adultes atteints d’hypercholestérolémie. Méthodes : Des adultes de 30 à 70 ans (n = 243) présentant des concentrations élevées de cholestérol LDL (≥ 3,0 et ≤ 5,0 mmol/L) ont été stratifiés en fonction de leur taux de cholestérol LDL et ont reçu, quotidiennement et de façon aléatoire, 2 muffins au soja contenant 25 g de protéines de soja [dose élevée de soja (DES)], 1 muffin au soja et 1 muffin au blé contenant 12,5 g de protéines de soja et 12,5 g de protéines de lactosérum [faible dose de soja (FDS)], ou 2 muffins au blé contenant 25 g de protéines de lactosérum (témoin) pendant 6 semaines dans le cadre d’une diète autosélectionnée. Nous avons prélevé des échantillons de plasma à jeun aux semaines 0, 3 et 6 pour analyser les concentrations de lipides (cholestérol total, cholestérol LDL, cholestérol HDL et triglycérides), de glucose, d’insuline, de protéine C réactive et d’isoflavones, et nous avons mesuré la pression artérielle des participants. Nous avons évalué la prise alimentaire aux semaines 0 et 4 à l’aide d’un registre des aliments consommés sur une période de 3 jours, et nous avons évalué les effets du traitement en effectuant une analyse selon l’intention de traiter avec imputation multiple et en utilisant les taux de cholestérol LDL comme critère d’effet primaire. Résultats : Au total, 213 (87,6 %) sujets ont participé à l’essai jusqu’à son terme. Les participants étaient essentiellement de race blanche (83 %) et de sexe féminin (63 %), et présentaient un IMC moyen ± écart-type de 28,0 ± 4,6 kg/m2 ainsi qu’une pression artérielle systolique et diastolique de 122 ± 16 mm Hg et de 77 ± 11 mm Hg, respectivement. Malgré une augmentation dose dépendante de la concentration plasmatique des isoflavones (P < 0,001), ni la DES ni la FDS n’ont eu d’effet statistiquement significatif sur les taux de cholestérol LDL par rapport au témoin (moyenne des changements ± erreur type : témoin, -0,04 ± 0,05 mmol/L; DES, 0,01 ± 0,05 mmol/L; FDS, -0,04 ± 0,06 mmol/L). Le traitement n’a eu aucun effet notable sur le cholestérol total, le cholestérol HDL, les triglycérides, la protéine C-réactive, l’évaluation de l’insulinorésistance au moyen d’un modèle homéostatique, la pression artérielle ou le score relatif au risque de coronaropathie sur 10 ans selon l’étude de Framingham. Conclusion : La consommation de 12,5 g ou de 25 g de protéines dans des muffins préparés avec de la farine de soja déshuilée n’a pas réduit les taux de cholestérol LDL ou les autres facteurs de risque de coronaropathie chez des adultes atteints d’hypercholestérolémie. La présente étude a été inscrite sur le site Web clinicaltrials.gov, sous le numéro NCT01547585.

Date de modification :