Effect of moderate dietary restriction on visceral organ weight, hepatic oxygen consumption, and metabolic proteins associated with energy balance in mature pregnant beef cows.

Wood, K.M., Awda, B.J., Fitzsimmons, C.J., Miller, S.P., McBride, B.W., et Swanson, K.C. (2013). « Effect of moderate dietary restriction on visceral organ weight, hepatic oxygen consumption, and metabolic proteins associated with energy balance in mature pregnant beef cows. », Journal of Animal Science, 91(9), p. 4245-4255. doi : 10.2527/jas.2013-6421  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons utilisé 22 vaches de boucherie multipares gravides non lactantes (639 ± 68 kg) pour examiner l’effet de restrictions alimentaires sur l’abondance de certaines protéines de régulation du métabolisme énergétique cellulaire. Les vaches ont reçu une ration comblant 85 % (n = 11; FAIBLE) ou 140 % (n = 11; ÉLEVÉE) de leurs besoins énergétiques nets. Les rations administrées consistaient en rations totales mélangées à base d’ensilage préfané contenant 20 % de paille de blé. Les vaches ont été abattues par blocs (date prévue de vêlage), à partir du 83e jour suivant le début du traitement alimentaire, puis toutes les semaines pendant 6 semaines, de manière à ce que chacun des blocs soit abattu autour du 250e jour de gestation. Au moment de l’abattage, nous avons prélevé des échantillons de tissus du foie, des reins, du muscle sterno-mandibulaire, du sac ventral du rumen, du pancréas et de la muqueuse de l’intestin grêle que nous avons congelés rapidement dans de l’azote liquide. Nous avons procédé à des transferts de Western pour déterminer la quantité d’antigène nucléaire de prolifération cellulaire (PCNA), de l’ATP synthase, d’ubiquitine et d’ATPase Na/K+ dans tous ces tissus; la quantité de récepteurs gamma activés par les proliférateurs des peroxysomes de PPARγ, de coactivateur 1 alpha du récepteur gamma activé par les proliférateurs des peroxysomes (PGC-1α), de protéine kinase activée par la 5´-adénosine monophosphate (AMPK) et de la forme activée phosphorylée d’AMPK (pAMPK) dans le foie, le muscle et le rumen; la quantité de phosphoénolpyruvate carboxykinase (PEPCK) dans le foie et les reins; ainsi que la quantité de protéine découplante UCP2 dans le foie. L’analyse statistique faite avec le logiciel Proc Mixed de SAS comprenait les effets fixes du traitement alimentaire, l’âge de la vache, le bloc, et l’effet aléatoire de l’enclos. Chez les vaches qui avaient reçu la ration ÉLEVÉÉ, le gain de poids quotidien moyen et le poids final étaient plus élevés (p ≤ 0,04) que chez celles qui avaient reçu la ration FAIBLE. Chez ces dernières, la quantité d’ubiquitine dans le muscle était supérieure (p = 0,009) à celle observée chez les vaches qui avaient reçu la ration ÉLEVÉE, alors que la quantité de PCG-1 α dans le foie était plus élevée (p = 0,03) chez les vaches de la ration ÉLEVÉE. La consommation d’O2 par le foie était plus élevée chez les vaches recevant la ration ÉLEVÉE (p ≤ 0,04). La prise alimentaire peut influer sur l’abondance des protéines métaboliques importantes, et il semble que la dégradation des protéines puisse augmenter dans le muscle des vaches soumises à une restriction moyenne d’éléments nutritifs et que le métabolisme énergétique du foie soit accru chez celles dont la ration dépasse les besoins énergétiques nets.

Date de modification :