Effect of superstimulation protocols on nuclear maturation and distribution of lipid droplets in bovine oocytes.

Dadarwal, D., Honparkhe, M., Dias, F.C.F., Alce, T., Lessard, C.J., et Singh, J. (2015). « Effect of superstimulation protocols on nuclear maturation and distribution of lipid droplets in bovine oocytes. », Reproduction, Fertility and Development, 27(8), p. 1137-1146. doi : 10.1071/RD13265  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nos travaux visaient à étudier l’effet des protocoles d’hyperstimulation sur la maturation nucléaire des ovocytes et la distribution des gouttelettes lipidiques dans le cytoplasme ovocytaire. Nous avons administré les traitements suivants à des génisses (n = 4 dans chaque groupe) durant la phase lutéale : FSH pendant 4 jours (FSH court); FSH pendant 4 jours, suivis de 84 h sans gonadotropine (privation de FSH) ou FSH pendant 7 jours (FSH long) à partir du début de la vague folliculaire. Tous les groupes ont reçu de la LH 24 h après la lutéolyse induite (avant-dernier jour d’administration de FSH), et les complexes cumulus–ovocyte ont été prélevés 24 h plus tard. Les ovocytes ont été colorés pour qu’on puisse voir la maturation nucléaire (lamina/chromatine) et les gouttelettes de lipides (rouge Nil). Dans le groupe FSH long, la proportion d’ovocytes matures (métaphase II) était supérieure à celle observée dans les groupes de traitement FSH court et privation de FSH (59/100 contre 5/23 et 2/25, respectivement; P < 0,01). Les ovocytes contenaient en moyenne 22 pL de lipides (3,3 % du volume du cytoplasme ovocytaire) répartis en 3000 gouttelettes. Le volume moyen des gouttelettes lipidiques individuelles était plus élevé dans le groupe de privation de FSH (11,5 ± 1,5 10-3pL, P = 0,03) que dans les groupes FSH court et FSH long (7,2 ± 0,6 10-3 et 8,0 ± 0,8 10-3pL, respectivement). En conclusion, les traitements de privation de FSH et de FSH court ont donné lieu à une proportion plus faible d’ovocytes matures que dans le traitement long de FSH. De plus, la privation de FSH a entraîné une accumulation de gouttelettes lipidiques plus grosses dans le cytoplasme ovocytaire, indicatrice d’atrésie. Nos résultats montrent qu’une hyperstimulation plus longue chez les bovins de boucherie permet d’augmenter le nombre et la qualité des ovocytes.

Date de modification :