An endophyte constructs fungicide-containing extracellular barriers for its host plant.

Soliman, S.S.M., Greenwood, J.S., Bombarely, A., Mueller, L.A., Tsao, R., Mosser, D.D., et Raizada, M.N. (2015). « An endophyte constructs fungicide-containing extracellular barriers for its host plant. », Current Biology, 25(19), p. 2570-2576. doi : 10.1016/j.cub.2015.08.027  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les fissures superficielles de l’écorce facilitent les invasions d’agents pathogènes. Les ifs (Taxus) forment des branches à partir de bourgeons dormants qui se trouvent sous l’écorce. Ce processus entraîne une fissuration persistante de l’écorce et la formation de poches d’air en profondeur, qui peuvent permettre aux agents pathogènes de pénétrer dans le système vasculaire, riche en nutriments (phloème vertical et rayons médullaires interreliés). L’if offre une source reconnue de Taxol, ce médicament de la famille des diterpénoïdes qui est utilisé contre le cancer. On s’est toujours demandé pourquoi l’if et les champignons résidents non pathogènes qu’il héberge (endophytes) synthétisaient le Taxol, apparemment de façon redondante. Ces endophytes, tout comme le Taxol pur, éliminent les champignons pathogènes, y compris les champignons qui décomposent le bois. Dans notre étude, nous montrons qu’un champignon endophyte produisant du Taxol, le Paraconiothyrium SSM001, migre vers les points d’entrée des agents pathogènes, notamment les fissures des branches. Le champignon séquestre le Taxol dans des structures intracellulaires hydrophobes dont la libération par exocytose est induite par la présence de champignons qui décomposent le bois. Ces structures peuvent ensuite fusionner pour former des barrières extracellulaires remarquables renfermant un fongicide. Nous avançons que la construction microbienne de barrières hydrophobes libérant un fongicide pourrait constituer un nouveau mécanisme de défense des végétaux. Nous avançons également que l’endophyte pourrait être analogue du point de vue évolutif aux cellules immunitaires animales, étant capable d’élargir l’immunité des végétaux en agissant comme sentinelle anti-pathogène autonome du système vasculaire.

Date de modification :