Carbon and Nitrogen Release from Legume Crop Residues for Three Subsequent Crops.

Lupwayi, N.Z. et Soon, Y.K. (2015). « Carbon and Nitrogen Release from Legume Crop Residues for Three Subsequent Crops. », Soil Science Society of America Journal, 79(6), p. 1650-1659. doi : 10.2136/sssaj2015.05.0198  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les légumineuses sont cultivées dans les Prairies canadiennes en raison de leurs avantages sur le plan agronomique, économique et environnemental. Il est recommandé de les cultiver une fois tous les quatre ans, mais le N libéré par la décomposition de leurs résidus est habituellement quantifié durant une saison de culture suivant leur récolte. Nous avons estimé la quantité de N fixé par voie biologique et nous avons observé les tendances des émissions de C et de N provenant des résidus de pois vert et de pois fourrager (Pisum sativumL.), de féverole (Vicia faba L.), d’engrais vert de féverole et d’engrais vert de gesse cultivée (Lathyrus sativus L.) au cours de trois années de culture subséquentes. Les légumineuses, surtout la féverole (184 kg N ha-1) et le pois fourrager (165 kg N ha-1), ont fixé davantage de N que les engrais verts de légumineuses (77 et 95 kg N ha-1), et contenaient plus de C (1 839–2 577 kg C ha-1) que les résidus d’engrais vert (1 072 et 1240 kg C ha-1). Les résidus d’engrais vert de gesse cultivée, de féverole et de pois fourrager contenaient les plus grandes quantités de N (129–153 kg N ha-1), tandis que les résidus de pois vert contenaient les plus faibles quantités de N (65 kg N ha-1). Les résidus d’engrais vert ont émis > 80 % de leur teneur en C et en N, alors que les résidus de pois ont émis 46 et 62 % de leur teneur en C et environ 50 % de leur teneur en N au cours de la première année, mais les résidus de pois ont émis plus de C et de N que les résidus d’engrais vert au cours de la deuxième et de la troisième année. Les résidus de féverole ont émis 70 % et 63 % de leur teneur en C et en N, respectivement, au cours de la première année. Après trois ans, 3–5 % du C et du N organiques des résidus d’engrais vert se trouvaient toujours dans le sol, comparativement à 9–18 % et à 13–16 % pour le C et le N des cultures de légumineuses, respectivement. Les émissions de C et de N des résidus de légumineuses et des résidus d’engrais vert présentaient donc des tendances différentes.

Date de modification :