Of Guards, Decoys, Baits and Traps: Pathogen Perception in Plants by Type III Effector Sensors.

Khan, M., Subramaniam, R., et Desveaux, D. (2016). « Of Guards, Decoys, Baits and Traps: Pathogen Perception in Plants by Type III Effector Sensors. », Current Opinion in Microbiology, 29, p. 49-55. doi : 10.1016/j.mib.2015.10.006  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’immunité déclenchée par des effecteurs est conférée par des gènes de résistance dominants (R) chez les plantes, qui codent essentiellement des protéines de liaison aux nucléotides avec des répétitions riches en leucine (NLR, pour nucleotide-binding and leucine-rich repeat domain proteins), correspondant aux gènes d’avirulence microbiens apparentés, qui comprennent des effecteurs bactériens sécrétés de type III (T3E). Le « modèle de protection » décrit les mécanismes de perception des T3E par les plantes, selon lesquels les NLR surveillent les protéines de l’hôte (« senseurs ») pour détecter les perturbations induites par les T3E. Ce modèle a fourni un cadre moléculaire permettant de comprendre la perception des T3E et la façon dont les plantes peuvent utiliser un nombre limité de NLR (∼160 pour l’Arabidopsis) pour composer avec un nombre potentiellement illimité d’effecteurs qui évoluent. Dans notre analyse, nous présentons un aperçu des senseurs de T3E chez les plantes et examinons la façon dont ces senseurs signalent la présence des T3E aux protéines NLR en vue de l’activation de l’immunité déclenchée par des effecteurs.

Date de modification :