Toxicology of 3-epi-deoxynivalenol, a deoxynivalenol-transformation product by Devosia mutans 17-2-E-8.

He, J., Bondy, G.S., Zhou, T., Caldwell, D., Boland, G.J., et Scott, P.M. (2015). « Toxicology of 3-epi-deoxynivalenol, a deoxynivalenol-transformation product by Devosia mutans 17-2-E-8. », Food and Chemical Toxicology, 84(Article number 8390), p. 250-259. doi : 10.1016/j.fct.2015.09.003  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La détoxication microbienne du désoxynivalénol (DON) constitue une nouvelle approche pour le traitement des céréales contaminées au DON. La bactérie Devosia mutans 17-2-E-8 a réussi à transformer complètement le DON en un produit majeur, le 3-epi-DON, et en un produit mineur, le 3-céto-DON. L’évaluation de la toxicité de ces produits de transformation du DON est une étape importante de la caractérisation des dangers avant la commercialisation de l’application de biotransformation. La cytotoxicité des produits a été mesurée par deux essais : le test MTT d’évaluation de la viabilité cellulaire et le marquage au BrdU pour l’évaluation de la synthèse d’ADN. Comparativement au DON, la CI50 du 3-epi-DON et du 3-céto-DON étaient respectivement 357 et 3,03 fois plus élevée dans le test MTT, et 1181 et 4,54 fois plus élevée dans le marquage au BrdU, respectivement. Les effets toxiques de 14 jours d’exposition de souris B6C3F11 au DON et au 3-epi-DON ont aussi été examinés. Dans l’ensemble, il n’y avait pas de différence entre le témoin (sans toxine) et les doses de 25 mg/kg p.c./jour et 100 mg/kg p.c./jour de 3-epi-DON sur le poids du corps et des organes, les paramètres sanguins et l’histopathologie des organes. Toutefois, chez les souris exposées au DON (2 mg/kg p.c./jour), le nombre de leucocytes et la concentration sérique des immunoglobulines étaient différents de ceux mesurés chez les témoins, et des lésions ont été observées dans les glandes surrénales, le thymus, l’estomac, la rate et le côlon. Considérées ensemble, les études in vitro et in vivo montrent que le 3-epi-DON est beaucoup moins toxique que le DON.

Date de modification :