The trend toward lower oxygen levels during apple (Malus × domestica Borkh) storage - A review.

Wright, A.H., DeLong, J.M., Arul, J., et Prange, R.K. (2015). « The trend toward lower oxygen levels during apple (Malus × domestica Borkh) storage - A review. », Journal of Horticultural Science and Biotechnology, 90(1), p. 1-13.

Résumé

Les avancées récentes de la recherche et de la technologie dans le domaine de l’entreposage en atmosphère contrôlée (AC) ont mené à l’élaboration de nombreux protocoles nouveaux recommandant des taux d’oxygène (O2) plus faibles que ceux qui étaient autrefois considérés comme étant « sécuritaires ». Comme certains de ces protocoles et certaines de ces technologies ont été adoptés pour des chambres commerciales d’entreposage en AC, en particulier dans l’industrie de la pomme, il est aujourd’hui opportun d’examiner les relations entre le taux de O2, la respiration, la fermentation et la rétention des qualités du fruit. Abaisser le taux de O2 durant l’entreposage des pommes ralentit leur respiration, réduit la biosynthèse d’éthylène et ralentit la maturation et la sénescence des fruits. En outre, un faible taux de O2 influence l’expression des gènes associés à la consommation de l’énergie cellulaire. Lorsque les taux de O2 deviennent limitants, la respiration mitochondriale aérobie est inhibée et le processus de fermentation, moins efficace du point de vue énergétique, est alors enclenché par les tissus végétaux. L’accumulation de composés volatils liés à la fermentation peut modifier le goût et l’odeur des fruits. À faible degré ou durant une courte période, la fermentation ne cause généralement pas de problème et peut même être commercialement avantageuse. Les plantes dont la capacité de fermentation est limitée succombent au stress du manque d’O2 plus rapidement que celles qui peuvent aisément fermenter par voie anaérobie. La pression accrue du marché pour réduire les résidus chimiques dans la pomme, ainsi que dans tous les fruits et légumes, encourage les chercheurs, les fabricants et les fournisseurs de systèmes d’AC, ainsi que certains exploitants d’entrepôts commerciaux, à explorer d’autres méthodes pour améliorer les procédures d’entreposage. L’avenir de l’entreposage en AC pourrait résider dans une meilleure compréhension de la limite inférieure en O2 pour les besoins métaboliques et énergétiques, des capacités améliorées de détection de la réponse du produit, ainsi que l’application de formes plus dynamiques d’entreposage en AC.

Date de modification :