The dopamine antagonist domperidone increases prolactin concentration and enhances milk production in dairy cows.

Lacasse, P. et Ollier, S. (2015). « The dopamine antagonist domperidone increases prolactin concentration and enhances milk production in dairy cows. », Journal of Dairy Science (JDS), 98(11), p. 7856-7864. doi : 10.3168/jds.2015-9865  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans des études précédentes, notre équipe a montré qu’inhiber la sécrétion de la prolactine (PRL) avec le quinagolide, un agoniste dopaminergique, réduit la production de lait chez les vaches laitières. Avec la présente étude, nous voulions déterminer les effets de l’administration d’un antagoniste de la dopamine sur les concentrations de PRL sanguines basales et provoquées par la traite, ainsi que sur la production de lait chez les vaches laitières en bilan énergétique positif et en période de restriction alimentaire. Pour ce faire, nous avons administré, à 18 vaches Holstein en mi‑lactation, du dompéridone (300 mg, DOMP, n = 9) ou l’excipient, de l’huile de canola (TEM, n = 9), par injection sous‑cutanée, tous les jours pendant cinq semaines. Durant la semaine 5, toutes les vaches ont été nourries à 65 % de leur ingestion de matière sèche de la semaine précédente. Nous avons prélevé des échantillons de sang et de lait avant (pour le sang) et durant (pour le lait) la traite du matin, trois fois par semaine, du jour ‑9 au jour 41 (8 jours après la dernière injection). De plus, nous avons prélevé des échantillons de sang durant la traite du matin le jour ‑1 (avant la première injection), et les jours 1, 28 et 34. La concentration basale de PRL était similaire dans les deux groupes avant le début des traitements. Les injections de dompéridone ont causé une augmentation graduelle de la concentration basale de PRL. La restriction alimentaire a réduit la concentration basale de PRL tant chez les vaches TEM que chez les vaches DOMP, mais la concentration de PRL est demeurée plus élevée chez les vaches DOMP. La concentration de prolactine est restée élevée chez les vaches DOMP sept jours après la dernière injection. La concentration de PRL dans le lait a augmenté durant le traitement au DOMP, mais l’augmentation a été plus faible que celle observée dans le sérum. Chez les vaches TEM, la libération de PRL provoquée par la traite dépassant la concentration prétraite était comparable les jours ‑1, 1 et 28, mais elle était diminuée durant la période de restriction alimentaire. Chez les vaches DOMP, la libération de PRL provoquée par la traite était semblable les jours ‑1 et 1, mais elle était diminuée les jours 28 et 34. La production de lait était comparable dans les deux groupes avant le début des traitements, mais elle était plus élevée chez les vaches DOMP durant la période de traitement, avec des valeurs dépassant de 2,9 ± 0,6 et de 2,4 ± 0,6 kg/j durant les semaines 3 et 4 du traitement, respectivement. La production de lait a décliné dans les deux groupes durant la période de restriction alimentaire, mais elle est demeurée plus élevée chez les vaches DOMP. Elle est redevenue comparable pour les deux groupes après la dernière injection. En outre, l’ingestion de matière sèche a été augmentée par le DOMP. Ces résultats corroborent l’hypothèse selon laquelle la PRL serait galactopoïétique chez les bovins laitiers.

Date de modification :