Effects of intramuscular administration of folic acid and vitamin B12 on granulosa cells gene expression in postpartum dairy cows.

Gagnon, A.-È., Khan, D.R., Sirard, M.-A., Girard, C.L., LaForest, J.-P., et Richard, F.J. (2015). « Effects of intramuscular administration of folic acid and vitamin B12 on granulosa cells gene expression in postpartum dairy cows. », Journal of Dairy Science (JDS), 98(11), p. 7797-7809. doi : 10.3168/jds.2015-9623  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La fertilité des vaches laitières représente un défi au début de la lactation, et des stratégies nutritionnelles améliorées doivent être élaborées pour résoudre ce problème. L’ajout combiné d’acide folique et de vitamine B12 améliore le métabolisme énergétique chez les vaches laitières au début de la lactation. Par conséquent, nous avons entrepris la présente étude pour explorer les effets de cet ajout sur l’expression génique dans les cellules de la granulosa du follicule dominant durant la période postpartum. Des vaches Holstein multipares ont reçu une injection intramusculaire hebdomadaire de 320 mg d’acide folique et 10 mg de vitamine B12 (groupe traité) du 24e (écart type = 4) jour avant le vêlage jusqu’au 56e jour après le vêlage, tandis que le groupe témoin a reçu une solution saline. La concentration plasmatique d’urée a significativement diminué durant la période précédant le vêlage, et tant la concentration de folate et que celle de vitamine B12 ont augmenté chez les animaux traités. La production de lait et l’ingestion de matière sèche n’ont pas différé significativement entre les deux groupes. Les concentrations plasmatiques de folate et de vitamine B12 ont augmenté chez les animaux traités. L’ingestion quotidienne de matière sèche n’a pas différé significativement entre les deux groupes avant (13,5 kg; erreur type = 0,5) ou après (23,6 kg; erreur type = 0,9) le vêlage. Le rendement moyen en lait normalisé a présenté une tendance à la hausse chez les vaches du groupe traité, avec des valeurs de 39,7 (erreur type = 1,4) et de 38,1 (erreur type = 1,3) kg/j pour les vaches traitées et les vaches témoins, respectivement. Après le vêlage, la concentration plasmatique moyenne de β‑hydroxybutyrate a eu tendance à être plus basse chez les vaches ayant reçu les injections de supplément vitaminé, avec des valeurs de 0,47 (erreur type = 0,04) pour les vaches traitées contre 0,55 (erreur type = 0,03) pour les vaches témoins. Le follicule ovarien de 12 mm ou plus de diamètre a été recueilli par prélèvement ovarien après la synchronisation des chaleurs. Les volumes de liquide folliculaire récupérés étaient plus élevés dans le groupe traité. Nous avons eu recours à une plateforme à biopuce pour étudier l’effet du traitement sur l’expression génique des cellules de la granulosa. Nous avons observé une expression réduite des gènes intervenant dans le cycle cellulaire et une expression accrue des gènes associés à la différenciation des cellules de la granulosa avant l’ovulation. Nous avons analysé certains gènes candidats par RT‑qPCR (PCR quantitative après transcription inverse). Bien que les effets d’injections intramusculaires d’acide folique et de vitamine B12 sur le rendement laitier et l’état métabolique des animaux aient été limités, l’analyse de l’expression génique dans les cellules de la granulosa avec le logiciel Ingenuity Pathway Analysis porte à croire que la différenciation cellulaire serait stimulée chez les vaches ayant reçu le supplément vitaminé, ce qui pourrait être dû à une hausse de la sécrétion de LH.

Date de modification :