Prediction of enteric methane emissions from Holstein dairy cows fed various forage sources.

Rico, D.E., Chouinard, P.Y., Hassanat, F., Benchaar, C., et Gervais, R. (2016). « Prediction of enteric methane emissions from Holstein dairy cows fed various forage sources. », Animal, 10(2), p. 203-211. doi : 10.1017/S1751731115001949  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le profil d’acides gras (AG) du lait a été utilisé auparavant comme prédicteur des émissions entériques de CH4 chez les vaches laitières dont la ration était enrichie d’huiles végétales. L’objectif de cette étude était d’examiner la relation entre les AG du lait et les émissions entériques de CH4 chez les vaches laitières en lactation nourries de différents types de fourrage. Un total de 81 observations issues de 3 expériences réalisées selon un carré latin 3 × 3 (avec périodes de 32 jours) avec un total de 27 vaches en lactation (96 ± 27 JDL; moyenne ± ET) ont été utilisées. Dans toutes les expériences, du fourrage a été inclus à raison de 60 % de la MS de la ration et il était constitué de ce qui suit : 1) ensilage de maïs à 100 %; 2) ensilage de luzerne à 100 %; 3) ensilage d’orge à 100 %; 4) ensilage de phléole des prés à 100 %; 5) mélange 50:50 d’ensilages de maïs et de luzerne; 6) mélange 50:50 d’ensilages d’orge et de maïs et 7) mélange 50:50 d’ensilages de phléole des prés et de luzerne. Le CH4 entérique a été mesuré dans des chambres individuelles à débit d’air contrôlé durant 3 jours consécutifs. Le lait a été échantillonné au jour 6 de chaque période et analysé aux fins de détermination de ses composantes et du profil d’AG. Les variables de l’analyse incluaient les suivantes : CMS (kg/j), FDN alimentaires (%), EE alimentaire (%), rendement en lait (kg/j), composantes du lait (%) et AG individuels du lait (% des AG totaux). Les associations entre les variables de l’analyse et le CH4 ont été étudiées à l’aide de la procédure CORR du SAS. La procédure GLMSELECT a servi à définir un ensemble de modèles candidats à l’aide des méthodes LASSO et LARS. Les données ont ensuite été intégrées à un modèle de régression aléatoire avec la procédure MIXED, y compris les effets aléatoires de la vache et de la période. Les structures de covariance VC et UN ont permis la meilleure correspondance pour les énoncés aléatoires et répétés, respectivement. Le degré de liberté des dénominateurs a été calculé avec l’équation Satterthwaite. Une association positive a été observée entre le CH4 et la CMS (r = 0,59, p < 0,001), tandis que des associations négatives ont été observées entre le CH4 et c9‑17:1 (r = – 0,58, p < 0,001), et t8 et c13‑18:2 (r = – 0,51, p < 0,001). Le modèle sélectionné a prédit les observations avec un coefficient de détermination de 0,91 et il était le suivant : CH4 (g/j) = 357,1 + 15,2 × CMS – 56,9 × 15:0 – 81,7 × c9‑17:1 – t10‑18:1 × 41,0 – c11‑18:1 × 53,3 – t8, c12‑18:2 × 243,0 – t8, c13‑18:2 × 563,7,0 – t11, c15-18:2 × 242,9. Le profil d’AG du lait et la CMS peuvent servir à prédire les émissions de CH4 chez les vaches laitières pour une variété de sources de fourrage.

Date de modification :