Abomasal amino acid infusion in postpartum dairy cows: Effect on whole-body, splanchnic, and mammary glucose metabolism.

Galindo, C.E., Larsen, M., Ouellet, D.R., Maxin, G., Pellerin, D., et Lapierre, H. (2015). « Abomasal amino acid infusion in postpartum dairy cows: Effect on whole-body, splanchnic, and mammary glucose metabolism. », Journal of Dairy Science (JDS), 98(11), p. 7962-7974. doi : 10.3168/jds.2014-9013  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Neuf vaches Holstein pourvues d’une canule ruminale et de cathéters à demeure dans des vaisseaux sanguins splanchniques ont servi à l’étude de la supplémentation en acides aminés (AA) sur la sécrétion du lactose dans le lait, le taux d’apparition du glucose dans l’organisme en général et le métabolisme tissulaire du glucose, du lactate, du glycérol du β-OH-butyrate (BHBA) après le vêlage des vaches laitières en période postpartum dans une expérience réalisée selon un plan en blocs aléatoires incomplets avec des mesures répétées dans le temps. Au moment du vêlage, les vaches ont été groupées selon leur rang de parité (deuxième, troisième ou plus) et ont reçu un des deux traitements suivants : perfusion abomasale d’eau (n = 4) ou perfusion abomasale d’un mélange d’AA libres au profil semblable à celui de la caséine (AA-CN; n = 5) en plus de la même ration de base. La perfusion d’AA-CN a commencé avec la moitié de la dose maximale au premier jour de lactation, puis a diminué régulièrement de 791 à 226 g/jour du jour 2 au jour 29 de lactation, afin de combler le déficit estimé en acides aminés essentiels. Aux jours 5, 15 et 29 de lactation, nous avons procédé à une perfusion de D[6,6-2H2]-glucose (23,7 mmol/h) dans la veine jugulaire pendant 5 heures, au cours desquelles 6 échantillons de sang ont été prélevés des systèmes artériel, hépatique, porte et mammaire à intervalles de 45 minutes commençant une heure après le début de la perfusion de D[6,6-2H2]glucose. Les flux splanchniques ont été calculés en tant que produit des différences veino-artérielles et du flux plasmatique (splanchnique : dilution en aval du para-aminohippurate désacétylé; mammaire : principe de Fick selon Phe+Tyr). Dans l’ensemble, avec les AA-CN, le rendement en lait à valeur énergétique corrigée et en lactose a augmenté de 6,4 kg/jour et de 353 g/jour, respectivement, sans qu’il n’y ait d’interaction avec le nombre de jours de lactation × traitement. Malgré un apport accru en AA et une demande accrue pour la sécrétion du lactose avec les AA-CN, la libération hépatique nette de glucose est demeurée inchangée, mais le taux d’apparition du glucose dans l’organisme en général a eu tendance à augmenter avec les AA-CN. Le flux portal réel du glucose a augmenté avec les AA-CN et représentait, en moyenne, 17 % du taux d’apparition du glucose dans l’organisme en général. Le flux splanchnique réel du glucose n’a pas changé avec les traitements et était numériquement équivalent au taux d’apparition du glucose dans l’organisme en général, atteignant respectivement 729 et 741 mmol/h, en moyenne. L’utilisation mammaire de glucose a augmenté avec la perfusion d’AA-CN, atteignant en moyenne 78 % du taux d’apparition dans l’organisme en général, et elle a augmenté graduellement à mesure que la lactation avançait. Les flux portal, hépatique, splanchnique et mammaire nets de lactate, de glycérol et de BHBA n’ont pas varié avec la perfusion d’AA. L’augmentation de l’apport en AA chez les vaches laitières après le vêlage a entraîné une hausse du taux d’apparition du glucose dans l’organisme en général sans influer sur la libération hépatique réelle de glucose. Avec la perfusion abomasale d’AA, le taux d’apparition plus élevé du glucose dans l’organisme en général semblait surtout associé à une plus grande libération réelle de glucose par les viscères drainés par la veine porte. L’utilisation du glucose par ces viscères n’a pas changé avec la perfusion abomasale d’AA, bien que le mécanisme exact responsable de la plus grande libération réelle de glucose par la veine porte n’ait pas pu être déterminé dans la présente étude. La hausse de l’absorption mammaire de glucose coïncidait avec l’augmentation du rendement en lactose du lait. Au début de la lactation postpartum, la demande d’AA semble si importante que même avec un apport accru d’AA, la gluconéogenèse hépatique ne semble pas faire partie des priorités métaboliques pour les AA.

Date de modification :