Evolution and Classification of Cannabis sativa (Marijuana, Hemp) in Relation to Human Utilization.

Small, E. (2015). « Evolution and Classification of Cannabis sativa (Marijuana, Hemp) in Relation to Human Utilization. », Botanical Review, 81(3), p. 189-294. doi : 10.1007/s12229-015-9157-3  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’espèce Cannabis sativa est utilisée depuis des milliers d’années, principalement pour les fibres de sa tige (le « chanvre », désignant à la fois la plante et la fibre) et comme substance intoxicante résineuse (la « marijuana », désignant communément la plante et ses préparations de drogue). Des études sur les liens entre divers groupes de formes domestiquées de l’espèce et de plantes sauvages ont conduit à des interprétations évolutionnistes contradictoires et à diverses classifications, entre autres la division de C. sativa en plusieurs espèces alléguées. Cette étude se penche sur les différentes façons dont le Cannabis a été utilisé depuis les temps anciens jusqu’à aujourd’hui, et sur la façon dont la sélection par les humains a modifié la morphologie, la chimie, la répartition et l’écologie des formes domestiquées par rapport à celles des plantes sauvages apparentées. Une attention particulière a été portée à la classification, car celle-ci est très litigieuse et constitue la clé de la compréhension, de l’exploitation et du contrôle de la plante. Les différences utilisées pour que l’on reconnaisse les groupes de Cannabis cultivés sont issues d’une sélection disruptive en faveur des caractéristiques privilégiées par les humains. Les plantes poussant à l’état sauvage, dans la mesure où cela a été déterminé, sont soit des échappées de formes domestiquées, soit le résultat de milliers d’années d’échanges génétiques généralisés avec des plantes domestiquées, de sorte qu’il est impossible de savoir si des populations primitives ou ancestrales inaltérées existent encore. Les méthodes contradictoires pour la classification et l’appellation des plantes dont les formes domestiquées et sauvages ont connu autant d’interactions sont examinées. Nous recommandons que l’espèce Cannabis sativa soit reconnue comme une espèce unique comprenant une sous-espèce narcotique qui inclut des variétés domestiquées et rudérales, et une sous-espèce non narcotique incluant également des variétés domestiquées et rudérales. Une autre méthode est proposée, en accord avec le Code international pour la nomenclature des plantes cultivées; elle reconnaît six groupes : deux groupes composés de cultivars textiles et oléagineux essentiellement non narcotiques, un troisième groupe composé d’hybrides des deux premiers groupes, deux groupes composés de souches narcotiques et un groupe composé d’hybrides de ces deux derniers groupes.

Date de modification :