Niger Tolerance to Flucarbazone.

May, W.E. (2015). « Niger Tolerance to Flucarbazone. », Weed Technology, 29(3), p. 529-535. doi : 10.1614/WT-D-14-00147.1  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le niger (ou guizotia oléifère) pourrait être cultivé dans le nord des Grandes Plaines une fois qu’il sera possible de protéger cette culture contre les repousses spontanées de canola. De 2007 à 2009, nous avons mené à Indian Head, en Saskatchewan, une étude visant à déterminer la tolérance du niger au flucarbazone, herbicide utilisé contre le canola spontané. Pour ce faire, nous avons appliqué trois doses de flucarbazone (19, 28,5 et 38 g de m.a./ha) à quatre stades de développement (deux, quatre, six et huit feuilles). Les dommages moyens à la culture n’ont pas dépassé 22 %, quelles que soient l’année et la combinaison de traitement. Les dommages ont été le plus importants en 2007, et se sont progressivement dissipés durant la période de croissance. L’accroissement de la dose de flucarbazone a augmenté les dommages à la culture selon l’année, le moment d’application et le moment d’évaluation. Des dommages de moins de 20 % en 2007 et de moins de 10 % en 2008 et 2009 ont été observés au début de la floraison quand le flucarbazone avait été appliqué aux stades de deux, de quatre et de six feuilles. Les dommages découlant des applications à ces trois stades ont diminué progressivement durant la période de croissance. L’application de la dose de flucarbazone prescrite pour le blé (19 g/ha) aux stades de deux, de quatre et de six feuilles a donné lieu à des dommages de moins de 10 %. Les dommages découlant de l’application de flucarbazone au stade de huit feuilles étaient le plus marqués durant le remplissage des graines. Le canola spontané était maîtrisé par le flucarbazone. Par rapport aux parcelles témoins sans désherbage, les parcelles traitées au flucarbazone ont donné un rendement d’environ 50 % supérieur (213 contre 138 kg/ha) en 2008 et en 2009. La dose de flucarbazone n’a pas influé sur le rendement de la culture de niger, sauf en 2007, où il a été d’environ 100 kg/ha inférieur dans le cas des deux plus fortes doses. L’application plus tardive du flucarbazone a eu pour effet de réduire le rendement du niger, particulièrement dans l’année où les dommages ont été le plus importants (2007). L’application de flucarbazone à une dose de 19 g/ha quand le niger se trouvait aux stades de deux ou de quatre feuilles offrait un bon équilibre entre maîtrise des mauvaises herbes et tolérance de la culture.

Date de modification :