Short communication: Feeding red clover cut in the afternoon or morning to late-lactation dairy cows.

Antaya, N.T., Berthiaume, R., Tremblay, G.F., et Brito, A.F. (2015). « Short communication: Feeding red clover cut in the afternoon or morning to late-lactation dairy cows. », Journal of Dairy Science (JDS), 98(10), p. 7335-7339. doi : 10.3168/jds.2015-9333  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le fourrage coupé l’après-midi donne généralement une concentration plus élevée en glucides non structuraux (GNS) que le fourrage coupé le matin. Nous avons voulu comparer les effets du trèfle des prés bottelé fauché l’après-midi (TPFPM) et ceux du trèfle des prés bottelé fauché le matin (TPFM) sur le rendement en lait et en composantes du lait, et sur la concentration de ces composantes, ainsi que sur la digestibilité apparente des nutriments pour l’ensemble du tube digestif chez les vaches Holstein en fin de lactation. Douze vaches Holstein multipares et 2 vaches Holstein primipares ont reçu une ration totale mélangée contenant, sur une base de matière sèche (MS), 65 % de TPFPM ou de TPFM et 35 % de concentré dans un plan croisé incluant 14 jours pour l’adaptation au régime et 7 jours pour la collecte de données et d’échantillons. Un champ de trèfle des prés a été partagé en deux. La première moitié (1600 h) a été fauchée l’après-midi, tandis que l’autre moitié (1600 h) a été fauchée le lendemain matin. Le TPFPM et le TPFM présentaient (% de MS) 12,6 versus 9,43 % de GNS dans les échantillons prélevés avant le début de l’expérience, et 7,49 versus 7,79 % de GNS dans les échantillons prélevés durant les périodes d’échantillonnage (c.-à-d. entre les jours 14 et 21). Les rations totales mélangées présentaient en moyenne 18,2 et 17,5 % de GNS pour le TPFPM et le TPFM, respectivement. Donner aux vaches laitières en fin de lactation du TPFPM ou du TPFM n’a pas amélioré leur prise alimentaire, ni le rendement en lait ou la composition de celui-ci. Cependant, les teneurs en azote uréique du lait et du plasma étaient toutes deux plus faibles chez les vaches nourries de TPFPM. À l’exception de la digestibilité apparente de la MS pour l’ensemble du tube digestif, qui était plus élevée chez les vaches nourries de TPFPM, aucun autre changement dans la digestibilité des nutriments n’a été observé. De même, aucun effet du traitement sur l’excrétion urinaire d’azote et de dérivés puriques n’a été observé. D’autres recherches seront nécessaires pour que l’on puisse mieux comprendre les pertes en GNS durant l’entreposage et les effets connexes sur la qualité du fourrage bottelé et la performance des animaux.

Date de modification :