Use of descriptive analysis and preference mapping for early-stage assessment of new and established apples.

Cliff, M.A., Stanich, K., Lu, R., et Hampson, C.R. (2016). « Use of descriptive analysis and preference mapping for early-stage assessment of new and established apples. », Journal of the Science of Food and Agriculture, 96(6), p. 2170-2183. doi : 10.1002/jsfa.7334  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Contexte : Cette étude a comparé quatre nouvelles sélections de pommes à 16 pommes établies, à l’aide de l’analyse descriptive, d’analyses instrumentales et de la cartographie des préférences, pour repérer des sélections pouvant éventuellement faire l’objet d’une commercialisation et de travaux de recherche futurs. Résultats : L’analyse descriptive a révélé que les nouvelles sélections de pommes (PARC1, PARC2, PARC3, PARC4) étaient très similaires quant à leurs caractéristiques de texture et sensations en bouche, mais différaient quant à leurs caractéristiques de saveur et d’apparence. La cartographie des préférences a révélé que les consommateurs ont préféré, pour les caractéristiques de texture et sensations en bouche, les pommes croquantes, juteuses et à épicarpe non coriace, et, pour la saveur, les pommes sucrées, non acidulées et fruitées. En ce qui concerne l’apparence, les consommateurs ont préféré les pommes présentant un pourcentage de rouge et un degré de rayure élevés. La majorité des consommateurs ont manifesté des préférences similaires quant à la texture et aux sensations en bouche (82–85 %) et à la saveur (88–92 %) pour les pommes à récolte hâtive et les pommes à récolte intermédiaire/tardive. Par contre, les préférences des consommateurs en ce qui concerne l’apparence se répartissaient en trois sous-groupes (60 %, 24 %, 16 %) pour les pommes à récolte hâtive, mais pas pour les pommes à récolte intermédiaire/tardive. Les nouvelles sélections de pommes étaient parmi les pommes les plus aimées pour les caractéristiques de texture et sensations en bouche, saveur et apparence. Conclusion : Cette recherche menée à un stade précoce auprès des consommateurs a révélé que les nouvelles pommes étaient comparables, sinon supérieures, aux pommes établies. Elle apporte donc la confirmation dont avait besoin l’industrie pour passer à l’étape de la commercialisation et de l’optimisation des pratiques de culture et d’entreposage.

Date de modification :